Archives du mot-clé Violence

Tristesse et horreur

Lu ces jours-ci sur un site d’informations français (France 24 ou France TV Info je ne me souviens plus) :

« En 2013, le Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives (BATF) comptait près des 59.000 vendeurs d’armes enregistrés auprès de ses services. C’est quasiment deux fois plus que le nombre de bureaux de poste sur le territoire américain ou quatre fois plus que le nombre de Mc Donald’s en Amérique du Nord. »

Il faut réaliser aussi que ce nombre ne représente que les vendeurs enregistrés, il y a les autres et en plus les foires aux armes, très populaires, où absolument rien n’est contrôlé (pas même si l’acheteur a un casier judiciaire ni s’il a des antécédents psychiatriques, c’est un des fameux loopholes ou vides juridiques qui permettent de passer dans les mailles, que tout le monde connaît et utilise à son avantage.) Sans compter que si la vente d’arme est interdite ou limitée ou contrôlée de façon un peu poussée dans l’état où vous vivez, il suffit d’aller dans un autre état plus permissif et de les rapporter chez vous tranquillement… On ne passe pas la frontière entre les états évidemment.

Ceci explique cela. Tristesse et horreur qui n’ont aucune raison de s’arrêter de sitôt malheureusement.

On ne peut pas imaginer

« Je viens de voir des soldats tout à l’heure au cinéma […] c’étaient surtout des artilleurs avec de grosses pièces de canon absolument terrifiantes. Ça fait des engins tellement techniques et mécaniques et d’une civilisation avancée, on ne peut pas imaginer que ça sert platement à mettre en bouillie des corps friables, on leur croirait au moins la noblesse d’un marteau-pilon. »

Simone de Beauvoir in Correspondance croisée 1937-1940 (avec Jacques-Laurent Bost )

Correspondance croisée 1937-1940 de Simone de Beauvoir et Jacques-Laurent Bost, Gallimard, 2004