Archives du mot-clé Thé

Provisions pour l’hiver — trace

Habituellement à la maison je ne bois que du thé Mariage que je rapporte de France à la force de mes bras, dans mes bagages toujours plus lourds. Ma seule infidélité au thé Mariage durant toutes ces années (j’achète mon thé chez Mariage depuis plus de 25 ans) c’est le thé Ladurée, plus précisément le Mélange Ladurée.

Pourquoi ai-je acheté cet automne du thé Kusmi que je ne bois habituellement que chez mes parents lors de mes séjours en France ? Non par infidélité à Mariage Frères mais pour compléter — je fais péniblement l’année avec les 3 ou 4 kilos de thé Mariage que je rapporte dans mes bagages. Maintenant je n’ai plus besoin de me rationner pour tenir entre deux voyages en France, j’alterne avec du Kusmi Tea — l’avantage de Kusmi Tea c’est qu’ils ont une boutique à New York donc je peux l’acheter sur place sans avoir besoin de le rapporter dans mes bagages.

Aucune infidélité à Mariage Frères donc, j’en achète toujours autant — simplement je me rationne moins.

Ce que j’aime à Paris

Autre destination numéro un à Paris : Ladurée, merveilleux salon de thé sur les Champs-Élysées, leurs macarons sont absolument divins… et les cannelés… et le thé.

Quand je vais à Paris, le premier achat que je fais ce sont des macarons et du thé de chez Ladurée pour Dorothy, nous mangeons toujours une boîte de macarons au dessert au moins une fois et je lui achète du thé aussi.

Je n’ai pas encore réussi à la traîner prendre un goûter chez Ladurée, ou un petit-déjeuner mais ça viendra.

Si vous avez l’occasion, allez-y pour consommer aussi sur place, parce que c’est divin. Paris quoi… enfin ce que j’aime à Paris.

Ce que je n’ai pas encore fait à Paris et que je ferai : une flûte de champagne au Crillon et aussi le Ritz (champagne, petit-déjeuner ou goûter ) mais le Crillon en premier, si possible en bonne compagnie bien sûr.

La prochaine fois ou une autre fois mais je le ferai.

— 6 mars 2003

Thé Ladurée

J’en ai rapporté des boîtes de Paris, de New York puis de Cannes en dernier lieu mais le vrai le seul Ladurée cher à mon cœur c’est l’original, celui de Paris sur les Champs-Élysées — c’est de là que venaient toutes les boîtes que je t’ai offertes, là que j’achetais les macarons et les cannelés que nous préférions encore aux macarons. C’est de là que venait aussi la boîte que tu m’avais offerte pour mon dernier anniversaire avec toi.

J’y ai pris le thé ou le petit-déjeuner souvent, c’était l’une de mes cantines à Paris — sauf avec toi, le temps nous a manqué, cela fait partie de ces regrets, de ces actes manqués dont la fin de notre histoire a été truffée.

Il y a bien longtemps de ça.

Je ne suis plus jamais allée chez Ladurée sur les Champs-Élysées — je ne suis plus retournée à Paris tout simplement.

Le thé Ladurée — trace

Le thé Ladurée quelle trace a-t-il laissée dans ma vie, ce n’est pas une madeleine mais des souvenirs, beaucoup, je l’ai offert il m’a été offert, que reste-t-il quelle trace justement dans ma vie dans la vie de l’autre ?

J’ai racheté et bu pour la première fois depuis dix ans ce thé de Ladurée, plus fade que dans mon souvenir brillant éclatant, trop, l’ai-je idéalisé, aimé-je le thé ou les souvenirs, merveilleux, qui y sont rattachés, ce jeu d’offrandes réciproques ? Pourtant j’aimais ce thé, j’aimais le thé de Ladurée et je l’aimais.

Trace de thé sur le bord d’une lèvre vite essuyée, à peine l’ai-je vu briller elle a disparu.