Archives du mot-clé Nouvel An

Nouveau calendrier

janvier-2017

Finalement ce n’est que de ça qu’il s’agit, un changement de calendrier. Reprenons : il ne s’agit que du changement du calendrier au mur de ma cuisine et rien d’autre. Les chiffres ne veulent bien dire que ce que l’on veut leur faire dire. Puisqu’il est temps et que ça se résume à ça, j’ai effectivement changé le calendrier de ma cuisine, celui de l’ordinateur ne se change pas il continue de se dérouler inlassablement.

Le chiffre est nouveau, pas une nouveauté en soi ce n’est que le suivant dans la suite mathématique, le calendrier papier est nouveau aussi, des pages vierges et propres, le reste ne change guère on continue simplement d’avancer, quelques rides de plus au visage — qui ne sont pas apparues du jour au lendemain le soir du réveillon du 31 bien évidemment. Le monde continue de cahoter, moi aussi, mes projets c’est continuer comme disait la chanson, continuer quoi je n’en sais trop rien.

Trêve des confiseurs

Se poser un peu pour réfléchir, enfin un ralentissement dans la trépidante vie suburbaine américaine, trépidante le rythme est soutenu, et ennuyeuse tout à la fois, rien d’excitant ne se produit ni ne se fait que du vent qui se brasse et qu’on ne peut s’arrêter de brasser à l’unisson avec les autres suburbains — un ennui d’un profond inimaginable.

Se poser un peu pour réfléchir peut-être, dormir surtout, malgré quelques malveillantes publicités qui osent appeler avant 9 heures du matin, lire un peu — le retard de lecture n’est plus rattrapable à ce niveau-là mais je fais comme si.

Écrire surtout, me remettre au manuscrit — il m’a fallu près d’une semaine de trêve pour enfin m’y pencher ce soir — une semaine d’hébétude à ne plus savoir par quel bout prendre rien du tout, effet boomerang du changement de rythme.

Sangiovese

Sangiovese

Le vin que j’ai servi pour le repas du jour de l’An, je voulais un vin italien, l’étiquette avec son dessin moyenâgeux m’avait tiré l’oeil, le nom — prometteur— Sangiovese, le sang de Jupiter.

Un vin de cépage ordinaire (le vin, le cépage l’est moins c’est le cépage principal de tous ces grands vins de Toscane que j’aime tant) et d’une région pas spécialement réputée pour ses vins, les côtes de l’Adriatique, un vin de Molise de la Terre des Osci, ce que nous appellerions un Vin Délimité de Qualité Supérieure, une appellation de qualité certes mais pas une AOC.

La bonne surprise d’un vin splendide en bouche ferme tannique sans être rugueux, comme je les aime, pas cher en fin de compte — ce n’est pas un grand nom.

J’irai en acheter une caisse de 12 bouteilles demain, une réserve de petits bonheurs pour l’hiver.

Du bourbon pour le Nouvel An

Du bourbon pour le nouvel an 2

Du bourbon pour le nouvel an 1

Du sour mash à l’ancienne, un bourbon (du Kentucky donc) assez doux et rond en bouche. Je préfère de loin le vrai whisky (le scotch whisky, le seul l’unique digne de ce nom) mais à Rome il faut faire comme les Romains, quitte à fêter le Nouvel An aux États-Unis autant le faire avec un verre de bourbon de qualité, celui-ci n’est pas du tout venant, c’est un haut de gamme malgré tout. Pas encore goûté la version 46 édition spéciale, single barrel ou autre, fini à la main en fût de chêne dit l’étiquette mais plus fort, 47% d’alcool tout de même.

Ce soir c’était un verre de la version standard partagé en camarade avec mon fils aîné, on the rocks comme on dit en France, with ice comme on dit ici.

Du bourbon pour le réveillon, nous boirons une flûte de champagne (du vrai du français, pas un de ces succédanés américains qui portent pourtant le nom de champagne, il faut être vigilant et lire les étiquettes en long et en large) demain pour le jour de l’An.