Archives du mot-clé Mai

Premier mai

Un brin de muguet dans mon jardin, le seul brin un peu fleuri, tous les autres sont en bouton encore ce qui est normal pour la saison, d’habitude ils sont en pleines fleurs une dizaine de jours plus tard, vers le 8 ou 10 mai.

Muguet dans mon jardin 1er mai 2021

Les visiteurs du matin (mai 2020)

 

Lundi 25 mai en ouvrant ma fenêtre le matin : un renard. Première fois que j’en vois un dans mon jardin. Il y en a plusieurs à Berkeley Heights et un dans ma rue que j’ai vu traverser plusieurs fois devant ma voiture mais il n’était jamais venu dans mon jardin, du moins pendant la journée, je ne l’y avais jamais vu.

Jeudi 28 mai, de la même façon en ouvrant ma fenêtre le matin : une biche, c’est beaucoup plus courant et cela arrive régulièrement à toute heure de la journée aussi.

Du New Jersey, journal du 16 avril

 

Ici tout va bien, nous ne sortons plus du tout vu la charge virale ambiante (c’est le New Jersey autrement dit le second point chaud après New York). Tout le monde travaille ou étudie de la maison et nous faisons livrer (à prix d’or) nos courses alimentaires.

Je suis très contente, je viens de souscrire à un « panier » de légumes de fermes du New Jersey Central et des régions avoisinantes. Bien que l’abonnement ne commence pas avant le mois de mai pour la saison 2020, ils ont proposé d’acheter un panier en avance sur la saison et hors abonnement, devant être livré aujourd’hui, ce qui a été le cas. Donc nous avons eu un énorme carton de produits frais : que du « vert » puisque nous sommes encore tôt pour la saison — poireaux, épinards, céleri, salade, mesclun, persil, champignons et pommes. Nous avons pu ajouter aussi des oignons jaunes et rouges et ma fille a voulu aussi du kale (un genre de chou vert à larges feuilles et pas compact). Donc nous allons faire des cures de légumes et de verdure. Ils ont aussi proposé deux autres de ces boîtes pour attendre le mois de mai et je me suis ruée dessus — ces temps-ci quand la nourriture est effectivement disponible et livrée à la porte, on prend ! Ce que nous n’aimons pas ou ne connaissons pas ou que nous n’achetons pas d’habitude, eh bien nous apprendrons à aimer.

Pour faire livrer les courses de supermarché ça ne marche pas si bien et c’est hors de prix : tout ce qu’on achète pour faire livrer est à la base plus cher que si l’on allait au supermarché. En gros prix plus chers (en plus de l’augmentation des prix en général depuis le début de la crise — c’est officiel, la plus grande augmentation mensuelle des prix pour les denrées et produits d’épicerie depuis 1974) plus la livraison plus des frais administratifs plus le pourboire du livreur (comme je ne sais pas s’ils ne sont pas payés qu’au pourboire, j’en mets un généreux). La semaine dernière pour une livraison de 100 dollars de marchandise il y a eu 20 dollars en plus pour la livraison (frais et pourboire confondus). Cette semaine c’est 30 dollars !  Je ne sais pas pourquoi. Mais il n’y avait pas les mêmes choix de livraison que la semaine dernière et il n’y avait qu’une seule case à cocher avec ce prix… ou pas de livraison du tout avant je ne sais quand. Pas d’option pour faire livrer la semaine prochaine par exemple comme c’était le cas la dernière fois.

Bref ces paniers (cartons en réalité) de légumes sont les bienvenus. Surtout que l’on peut avoir d’autres ajouts, venant d’autres fermes, avec des œufs, du lard, du miel, etc. Et la livraison est incluse dans les prix donc on sait à l’avance ce que l’on va payer, pas de surprise. C’est livré par les fermiers du collectif eux-mêmes, pas d’intermédiaires. D’autant que dans le cas des livraisons de supermarché, comme je l’ai expliqué précédemment, ce n’est pas le supermarché ni un employé du supermarché qui prépare la commande et qui livre, mais une société intermédiaire : c’est pour ça que c’est si cher et si je donne un pourboire c’est parce que censément 100% du pourboire va au livreur, ce qui me fait craindre qu’il n’ait pas de fixe. Tous les autres frais vont aux connards de la Silicon Valley et ça ne me plaît pas du tout. Quant à la différence de prix brut, entre le prix de la marchandise achetée directement sur place dans le supermarché et le prix de la même marchandise livrée ? Je ne sais pas où ça va, à qui profite le crime. Au supermarché ? Cela serait bizarre puisque pour eux ça ne change rien et puisque ce ne sont pas eux qui livrent. Donc la différence de prix de chaque article va encore dans la poche des connards milliardaires de la Silicon Valley.

Si je vois que la prochaine fois c’est 40 dollars en plus pour la livraison (donc 40% ! ) je laisse tomber. D’ici là nous aurons reçu nos masques alternatifs (cousus par un atelier de couture de San Francisco dont je suis cliente pour les pochettes de stylos et les sacs d’habitude, ils sont en route). Les masques sont obligatoires maintenant si on veut rentrer dans un supermarché. Je pourrai ainsi retourner à mon petit Stop and Shop du centre-ville, qui est en outre moins cher que le supermarché par lequel je suis obligée de passer pour avoir la livraison…

Je me suis abonnée aussi à Amazon Prime pour avoir accès à la chaine de supermarchés locaux d’Amazon (chaine de supermarchés rachetée par Amazon il y a quelques années), mais impossible d’avoir une livraison et maintenant je ne peux même plus rien mettre dans mon caddie de courses alimentaires ! En plus ils passaient leur temps à me le vider selon les indisponibilités… donc je n’ai jamais rien pu commander. Je suis sur liste d’attente, c’est ridicule. Le supermarché physique est un peu trop loin de la maison pour que j’y aille (il se situe à Madison) et là on n’a pas besoin de Prime pour y rentrer de toute façon puisque c’est un supermarché classique (préexistant au rachat par Amazon, j’y suis déjà allée plusieurs fois dans le temps). Donc en gros je me suis fait avoir. Je vais au moins essayer de profiter des films de Prime, quoique… déjà que je n’ai jamais vraiment le temps de regarder Netflix.

Dire que j’avais résisté à ce Prime qui engraisse Bezos et voila que le virus m’a fait aller contre ma conviction ! 

Rien de grave, que des désagréments idiots… Je ne vous raconte pas non plus le nombre hallucinant de cartons que j’ai jeté au recyclage ce soir ! Bien sûr puisque je reçois mon savon pousse mousse, mon bicarbonate anti odeur, mes produits de ménage pour nettoyer les WC, les pastilles bleues pour la chasse d’eau par Amazon (Amazon normal, pas le supermarché) : donc rien d’excitant quand on ouvre ces cartons. Ça au moins c’est le même prix  (et livraison gratuite par Prime du coup) que quand je les achetais à Target. Mais c’était plus simple quand il suffisait de faire une virée en une heure de temps, aller courses et retour, à mon Target route 22 et j’avais mes produits de nettoyage tout de suite. Sans compter tout ce qui est en rupture ces temps-ci… Je pense que les gens nettoient leurs poignées de porte voire leur nourriture avec du canard WC, ce n‘est pas possible autrement !

De la neige en mai ?

 

Ce samedi 9 mai 2020 après-midi.

Effectivement, elle était annoncée dans les prévisions météorologiques de la veille — il y a sans doute eu quelques flocons dans la nuit de vendredi à samedi mais pas de traces chez moi au matin.

Quand soudainement dans l’après-midi de samedi, il s’est produit ceci :

Heureusement cela n’a été qu’une giboulée qui n’a duré qu’un quart d’heure et qui n’a pas tenu. Dans le New Jersey Central ça n’a pas tenu mais plus au nord dans le New Jersey, certains se sont réveillés ce samedi matin avec le sol tout blanc, même chose à Central Park qui a été saupoudré. 

Par contre il fait froid, cela fait plusieurs nuits qu’il s’est remis à geler, j’ai dû rajouter une couverture sur mon lit, couverture que j’avais enlevée ces semaines passées pensant être au printemps puisqu’il faisait plus doux. Je suis bien contente de ne pas avoir encore baissé la chaudière ni d’avoir mis la maison en mode été, notamment de n’avoir pas encore ouvert toutes les écoutilles et trappes d’aération pour l’air conditionné, ni enlevé les rideaux et les boudins des portes d’entrée. Habituellement je fais tout ça début mai, même si nous avons encore des petits frimas ponctuels courant mai ce n’est jamais froid à ce point (il ne gèle plus normalement).

(c’était même avant qu’il neige : il faisait si froid qu’il a fallu que je me harnache ainsi pour aller chercher mon courrier)

La neige en mai ce n’était plus arrivé depuis plus de 40 ans : la dernière fois qu’il y a eu de la neige en mai en quantité mesurable (ce qui a été le cas donc hier dans certains endroits du New Jersey et à Central park) c’était vers la fin des années 70 — le 9 mai (!) 1977.

Bref 2020 est une année définitivement à passer aux oubliettes (on voudrait ! )

Le printemps sans nous

Le printemps sans nous

Le printemps sans nous

Ce printemps 2020, c’est le printemps sans nous…

Photos et vidéos faites hier 7 mai 2020 dans le jardin sans jamais m’éloigner de plus de 20 ou 30 mètres de la maison. Grand soleil mais petit 17 degrés avec un peu de vent, le fond de l’air était frais, j’étais dehors vers 15 heures sans veste mais avec un pull en laine à manches longues. Le soir c’était nuageux, je n’ai pas pu observer la dernière super lune (super lune des fleurs) de la saison.

Aujourd’hui 8 mai 2020, petite vague de froid, il a fait 6 ou 7 degrés toute la journée avec 11 au plus chaud, pluie toute la journée également, humidité glaçante dans la maison malgré le chauffage et ce soir 8 mai nous attendons de la neige pour cette nuit, oui de la neige !  En mai… pour ajouter à notre malheur.

(L’État de New York plus au nord en a déjà eu dans l’après-midi, au point d’avoir le sol tout blanc, couvert de quelques centimètres.)

Le printemps sans nous

Le printemps sans nous

En mai…

 

Non pas en mai fais ce qu’il te plait, mais l’enchainement des jours. J’ai commencé à avoir plus envie de rosés et de bières malgré les trombes de pluie fréquentes, la chaudière qui a lâché pendant une vague de froid mi-mai, l’alerte tornade fin mai… la vie quotidienne.

Une alerte tornade 

Dangerous thunderstorm alert

Alerte orages dangereux

(28 mai 2019 au soir entre 8 heures et 10 heures 15)

Je ne parle pas ici des tempêtes d’envergure, cyclones et autres ouragans (hurricanes) qui se produisent heureusement assez rarement dans le New Jersey (Sandy, Irene et autres) mais bien de tornade, ce qui est encore plus rare si haut en latitude aux États-Unis : les tornades se produisent dans le Centre et dans Sud en général et y sont très fréquentes (on appelle ces régions tornado alley, l’allée des tornades, c’est dire). Elles ne se produisent qu’assez rarement ici dans le New Jersey et dans le Nord-Est. En 17 ans nous avons eu environ 4 alertes tornade dont 2 où il y a eu effectivement au moins une tornade dans ma ville. Une fois en 2003 sur la route entre la maison et la route commerciale Route 22 et une autre fois, en 2011 (pendant la tempête Irene d’ailleurs) dans le jardin — un arbre a été arraché mais rien d’autre n’a bougé tout à côté. Les deux étaient des micro-tornades larges sans doute de 2 ou 3 mètres selon la trace de leur passage mais tornades quand même. Des tornades il y en a de toutes tailles et formes, plus ou moins puissantes (de 2 mètres de large à 4 kilomètres de large tout de même, les plus fréquentes sont d’une centaine à quelques centaines de mètres de large). Nous n’avons connu effectivement que des micro-tornades ici dans le New Jersey central.

Mais il semblait que cette fois la vague d’orages violents accompagnés de vents et de tornades qui a traversé le centre des États-Unis et poussé vers le nord et l’est pour une fois, en faisant de gros dégâts dans l’Indiana et l’Ohio avait fini par arriver chez nous dans le New Jersey.

Cela faisait plusieurs jours que nous avions des pluies aussi torrentielles que soudaines, quasi quotidiennement. Ce mardi 28 mai ne différait pas des jours précédents semblait-il. Une journée plutôt fraîche aux alentours de 17 degrés Celsius, il avait fallu mettre un pull puis à partir de 7 heures du soir il a commencé à faire lourd et encore plus humide : il faisait alors 22 degrés et la température a continué à monter au point de laisser tomber le pull.

Les alertes ont commencé à arriver sur mon téléphone à partir de 8h15 : série d’orages dangereux, je cite, et alerte « foudre » pour les counties et les villes voisines (entre 10 et 30 kilomètres).

Puis la redoutable sirène d’alerte, spéciale tornade, qui prend le pas sur tout le reste dans mon téléphone : l’alerte était pour le county voisin avec épicentre à une quinzaine de kilomètres. Comme nous sommes en bordure de ce county, je reçois également toutes les alertes qui le concernent.

L’alerte tornade devait finir à 9 heures 15 puis elle a été prolongée jusqu’à 9 heures 30 puis encore jusqu’à 9 heures 45.

En attendant de savoir si je devais descendre trouver refuge dans le sous-sol et m’éloigner des fenêtres, je surveillais par la fenêtre, prête à descendre à toute allure : dehors pas spécialement de vent mais par contre des éclairs qui s’enchainaient à raison d’environ un par seconde voire plus.

En regardant la carte des éclairs dans les prévisions météo et en me basant sur les éclairs que j’observais et une carte routière, j’en ai déduit que les éclairs étaient en plein sur les villes de Summit à 8/10 kilomètres et de Morristown à 15/20 kilomètres.

Nous étions en bordure ouest du front d’orages qui passait plus au nord et à l’est et se dirigeait en plein sur l’aéroport international de Newark (en regardant le site de l’aéroport un peu plus tard j’ai appris que tous les vols à l’atterrissage ont eu un retard de 2 à 3 heures : les décollages des aéroports de départ avaient été repoussés pour qu’ils n’aient pas à atterrir au maximum des orages.

Puis de nouveau la redoutable sirène spéciale tornade dans mon téléphone : cette fois-ci pour mon county et nommément pour ma ville ! Il était 9h 45 quand j’ai reçu l’alerte qui était effective à 9 heures 33. L’alerte devait prendre fin à 10 heures 15.

Cette fois il était temps de descendre dans le sous-sol — procédure à appliquer en cas de tornade.

J’ai également reçu un e-mail d’alerte tornade des services du county qui rappelait aussi la procédure à suivre en cas d’alerte tornade.

J’avais tout préparé pour être prête à jaillir au cas où je recevrais l’alerte donc je suis descendue dans le sous-sol (basement) avec les clefs de voiture, mes papiers, mon portefeuille, mon sac à dos qui me sert de sac à main et qui contient tout un nécessaire d’urgence.

J’ai pris mon ordinateur et mon téléphone portable pour suivre l’évolution de la situation (dans le sous-sol nous avons accès à la connexion wifi pour l’Internet comme partout ailleurs dans la maison). 

Pour passer le temps en restant aux aguets (ce n’était pas le moment de regarder un film et de perdre son attention voire de ne pas entendre les alertes ni le téléphone) je me suis mise à écrire l’article sur le mint julep pour mon blog de vin (link).

Je n’étais pas installée depuis plus de 5 minutes que le téléphone de la ligne fixe de la maison a sonné. Il était 9 heures 53 précisément, 8 minutes après la sirène de l’alerte du portable : c’était la ligne d’urgence de la mairie qui nous enjoignait à nous mettre aux abris, « seek shelter » et nous confirmait que nous (notre ville) étions bien en tornado warning, le niveau d’alerte le plus élevé (rouge en France), nous demandait de suivre la procédure tornade et d’attendre des instructions supplémentaires éventuelles des autorités.

Cette ligne d’appel d’urgence a été mise en place au début des années 2010, en 2011 plus précisément, après la tempête de neige d’Halloween de sinistre mémoire, juste à temps pour l’ouragan Sandy (encore pire) l’année d’après où nous avions reçu ces appels d’alerte de la municipalité pour la première fois. C’était sur la ligne téléphonique en cuivre à l’époque, seule à fonctionner puisque l’électricité était coupée. Depuis pour les événements météorologiques majeurs nous recevons des appels : procédures à suivre, les couvre-feux ou les interdictions de circuler, les rationnements d’essence éventuels, les refuges disponibles en ville etc.

Je note que nous étions tout de même au-delà du warning (le plus haut niveau habituellement) : dans mon téléphone l’application de surveillance tornade de la Croix-Rouge me disait alerte tornade (tornado alert) et non pas avis de tornade ni avertissement ni surveillance (warning, advisory ou watch) donc c’était effectivement du sérieux cette fois-ci.

À 10 heures 15 tout était fini, il ne pleuvait même pas, pas de vent non plus et nous n’avons pas eu de tornade, du moins pas chez nous. Dans ma ville nous étions en marge, à la lisière du front d’orages et d’éclairs (je les voyais plus au loin, nous n’étions pas dedans comme cela est déjà arrivé, ces fois où l’on voit l’éclair et où l’on n’a même pas le temps de compter une seconde que le tonnerre retentit ). Dehors il faisait toujours chaud, environ 22 degrés. Il faisait nuit noire, j’ai décidé de reporter au lendemain le tour du jardin pour voir s’il y avait des dégâts. Je n’avais pas entendu de bruit majeur et nous avions toujours courant et Internet donc il ne devait rien s’être produit de méchant, dans le quartier du moins.

Si j’en crois les cartes météo animées, le front est passé plus à l’est et au nord donc nous étions vraiment en lisière. Ceci dit certaines fois la précision n’est pas au kilomètre près et nous aurions pu fort bien nous trouver dedans. Surtout que ces tornades se forment aléatoirement en fonction des coups de vent et de pluie et peuvent être très localisées.

Plus de peur que de mal, la tornade n’a pas eu lieu cette fois encore, je ne m’en plains pas. 

Tornado warning in BH

Alerte Tornade

Tornado warning text

Alerte Tornade

 

Tornado Warning procedure

Procédure à suivre en cas de tornade

Carte des coups de foudre

Carte des coups de foudre

Muguet pour le premier mai

Muguet 1er mai 2019

Muguet 1er mai 2019

Muguet de mon jardin, cette année il a été quasiment prêt à temps — il n’y avait qu’un seul brin vraiment fleuri ce matin. Tous les autres, comme celui-ci, sont encore en bouton prêts à fleurir sans doute demain avec la grosse chaleur qui est prévue.