Archives du mot-clé Mai

Enfants gâtés (spoiled brats) suite

tabouret escabeau pliant Rhino
tabouret escabeau pliant Rhino

J’ai plusieurs de ces petits tabourets / escabeaux pliants dans la maison, un à chaque étage. Comme je suis relativement petite je les utilise quasiment tous les jours pour attraper quelque chose sur une étagère un peu haute, atteindre une poignée ou une ampoule un peu en hauteur etc. J’ai récemment voulu en racheter deux, un pour ma fille et un pour le jardin (fort utiles pour faire les niveaux de ma voiture, le moteur et le capot sont tellement hauts qu’être surélevé de 20 cm est exactement ce qu’il me faut). Une histoire simple donc. En effet, à part la recherche du meilleur prix dans la même marque (Rhino) que j’utilise déjà depuis des années et que je trouve robuste et fiable, rien de bien sorcier. 

Sauf que sur un des sites marchands j’ai lu la revue faite par un des clients, le titre m’a interpellée: « bon tabouret / escabeau mais très dangereux ! »  Allons bon ! Avant d’en racheter j’ai donc voulu lire ce qu’en disait ce consommateur, pour quelle raison il le catégorisait de dangereux et éventuellement renoncer à mon achat et jeter ceux que j’avais si c’était si risqué que ça. Je n’avais rien remarqué, mon père a les mêmes et les utilise régulièrement, il en est très content aussi. Alors peut-être que le poids garanti (180 kilos) est faux et qu’il va s’écrouler sous moi soudainement ? Un autre problème ? Un peu alarmée j’ai donc lu : tout est bien, il est fiable et supporte bien les poids mentionnés, est très stable mais… ce que cette personne trouvait dangereux, très dangereux même, c’était qu’on pouvait se pincer les doigts en le repliant et c’est précisément ce qui lui faisait catégoriser ce tabouret comme très dangereux.

Vraiment ? WTF ? dangereux parce qu’on peut se pincer les doigts en le repliant ? On ne parle pas d’une chaise longue où l’on peut effectivement se sectionner les doigts mais d’un simple tabouret en plastique pliant qui lorsqu’on veut le plier on est obligé de le tenir en main : on ne peut pas être dessus pour le plier. Donc au pire si on se pince les doigts c’est juste en le fermant à la main, au pire du pire on se fait un pinçon. En aucun cas ne risque-t-on de se sectionner les doigts puisqu’il ne peut pas y avoir le poids de son corps dessus comme dans une chaise longue.

Et les chaises pliantes de jardin et de pique-nique alors ? Il faudrait les interdire, les classer comme très dangereuses (ce qu’elles sont, tout comme les chaises longues puisqu’on peut effectivement se sectionner les doigts si l’on n’est pas attentif).

Et les portes alors ? On peut se coincer les doigts dans la charnière ou tout simplement dans la porte en se la refermant sur les doigts. Doit-on faire une pétition pour faire classer les portes comme dangereuses voire les faire interdire à ce compte-là ?

Les bras m’en tombent ( et non pas les doigts). Vraiment nous sommes des enfants gâtés, des spoiled brats…

Quant à moi j’ai effectivement racheté de ces tabourets / escabeaux — vite avant qu’ils soient interdits. 

Quelques pas vers un peu plus de normalité

Etant complètement vaccinée depuis la mi-mai (deuxième injection le 1er mai) avec un vaccin à ARN messager, je me dis qu’il me faut commencer à retourner vers un peu plus de normalité. Ce d’autant que les cas et les hospitalisations baissent, qu’ils sont à leurs niveaux les plus bas depuis respectivement septembre et octobre 2020, que l’épidémie a l’air finalement de se retirer petit à petit. 

D’ailleurs les directives (du CDC) et ordonnances (du gouverneur du New Jersey) reflètent ce « progrès » : nous sommes autorisés à laisser tomber le masque en intérieur (pour les gens complètement vaccinés uniquement) à partir de ce week-end du Memorial Day qui vient, dans le New Jersey (qui rejoint sur ce point l’état de New York et du Connecticut)— les chiffres des contaminations diminuent à grande vitesse et le pourcentage de personnes vaccinées augmente. 

D’autant aussi que le taux de vaccination dans le New Jersey est assez haut : 55% des adultes sont complètement vaccinés et cela monte à 70% si on ajoute ceux qui ont reçu une seule injection. Les adultes représentent environ 75% de la population du New Jersey. 

Dans les autres ordonnances de ces jours-ci, les jauges de rassemblement sont augmentées, les jauges (à l’intérieur) pour restaurants augmentent et les dancings vont rouvrir dans les bars et les restaurants. Les clients ne seront plus obligés de rester assis pour la durée de leur présence dans ces établissements, bref ils vont pouvoir rouvrir presque normalement (à part les masques pour ceux qui ne sont pas encore vaccinés). Je tiens à préciser qu’il n’y a pas eu de « stop-and-go » dans nos 3 états du Nord Ouest (New Jersey, New York et Connecticut), rien n’a ouvert complètement depuis mars 2020 contrairement à ce qui s’est passé en Europe, les restaurants ont ouvert en extérieur seulement pendant très longtemps et seulement fin janvier 2021 en intérieur avec une jauge de 25 % ! Les salles de spectacles, théâtres cinémas, etc n’ont commencé à rouvrir qu’en mars 2021 (ils ont donc été complètement fermés pendant un an) et Broadway (les spectacles de comédies musicales) ne rouvrira qu’en septembre 2021 et n’a jamais rouvert depuis mars 2020.

Donc hier je suis allée faire les courses à la centrale d’achat en gros avec un simple masque au lieu des doubles masques que nous avons adoptés depuis début janvier selon les conseils du CDC : masque jetable filtrant (presque chirurgical) recouvert par un masque en tissu. Le masque de type presque médical (des médicaux on n’en trouve pas) jetable « bleu » pour protéger les autres et le masque en tissu ajusté (qui plaque le masque bleu, qui est toujours un peu vague, sur le visage) pour se protéger soi-même. Donc hier un seul masque (celui en tissu puisque je suis vaccinée).

Et pour la première fois depuis un an je n’ai pas mis de gants en plastique jetables (presque médicaux, des médicaux on n’en trouve pas non plus) pour faire les courses. J’ai quand même passé au désinfectant au chlore la barre du charriot et me suis désinfecté les mains au chlore au retour à la voiture (J’ai désinfecté au chlore aussi mes clefs, les poignées de porte de la voiture et la carte de crédit), mais pas de gants ! Je compte passer bientôt au désinfectant gel hydroalcoolique (moins efficace sur les virus comme chacun le sait, c’est pour ça que j’étais restée sur le chlore), ce qui représentera un allégement de la procédure.

En bonus, dans le magasin, j’ai pu apprécier le retour des lingettes désinfectantes au chlore et en grand packaging ainsi que des sprays désinfectants. Depuis mars 2020 et le début de la pandémie, plus moyen de trouver des lingettes Clorox ni Lysol — les 2 grandes marques nationales — ni les marques distributeurs d’ailleurs, toutes faites aux USA. On ne trouvait seulement que des lingettes de bien moindre qualité avec des produits inconnus (et sans garantie que l’étiquette dise la vérité) de marques totalement inconnues et jamais vues auparavant… made in China avec les réserves que l’on peut avoir sur un acteur qui ne respecte pas les normes ni les lois et qui se fout complètement de mettre des produits dangereux ou toxiques sur le marché et de tuer des gens (ils l’ont déjà fait dans le passé et ont aussi tué plusieurs millions de personnes sans sourciller.)

Lingettes desinfectantes en gros paquets

Depuis le mois de mars 2021 (soit un an après ! ) j’arrivais à trouver parcimonieusement soit de ces 2 marques soit des marques distributeurs made in USA, mais dans des petits contenants et à achat limité — 1 par personne. Depuis un an j’économisais et réservais ces vraies lingettes désinfectantes aux courses et interactions extérieures justement et gardais les saloperies chinoises pour des nettoyages ne nécessitant pas une désinfection minutieuse et certainement pas pour mes mains. Donc à coup de 1 petite boite par ci et pas là j’avais refait mon stock. Mais hier au club d’achat en gros, Noël Montjoie Saint-Denis ! j’ai retrouvé ces 2 marques, non seulement en gros containers, mais en plus en lot de 5 gros containers (et sans limite d’achat par client) !  Conditionnements que je n’avais plus vus depuis plus d’un an. En mars 2020 lors de ma dernière virée au club avant le grand confinement, il n’y en avait déjà plus en rayon et nulle part non plus dans les supermarchés et magasins. 

Donc il a fallu 15 mois pour que cela revienne à la normale, que la pénurie cesse. Ce n’était pas sur ma liste, mais j’ai acheté un pack de 5 de chaque marque, un de Clorox et un de Lysol, de toute façon ça se garde très longtemps et dans ces tubes rigides ça ne sèche jamais. Quant au spray désinfectant Lysol (équivalent du spray Sanytol), même chose, il avait disparu pendant près d’un an et j’avais commencé à retrouver de ces sprays, disponibles 1 par 1 en petit conditionnement à Target en février. Mais hier j’ai pu acheter sans difficulté un pack de 3 grosses bombes de la marque Lysol.  Il aura aussi fallu 15 mois… 

Enfants gâtés (spoiled brats)

C’est bien un comportement d’enfants gâtés (spoiled brats comme on dit ici) quand en hiver on veut surchauffer à 24 degrés Celsius dans les maisons et en été quand il fait 23 ou 24 degrés, on met l’air conditionné central immédiatement parce qu’on trop chaud et que c’est insupportable. Je parle de 23 ou 24 degrés à humidité moyenne de 40%, voire faible, dans les 30 %.

Après 18 ans aux États-Unis, je ne m’y toujours pas habituée. Les intérieurs (maisons, magasins, restaurants et centres commerciaux) sont absolument surchauffés en hiver, en bref il faut laisser son manteau dans la voiture parce que c’est intenable même s’il fait -10 degrés Celsius dehors. Si l’on vient de la voiture avec son manteau, on ne tient pas 5 minutes dans le centre commercial. Et en dessous du manteau on a intérêt à s’habiller léger, sinon avec un gros pull ou une polaire on ne tient pas longtemps non plus. Il faut prévoir la possibilité de s’éplucher. Et en été c’est le contraire : il fait glacial (au point de greloter et d’être carrément inconfortable) dans les centres commerciaux, magasins et restaurants. Il faut se charrier un gilet ou un pull que l’on enfile avec joie une fois dedans et que l’on retire dès que l’on ressort lorsqu’il fait 35 degrés ou plus dehors.

Par honnêteté je dois quand même dire que quand c’est humide (humidité supérieure à 60%, 60% c’est vraiment la limite maximale du confort), et une humidité supérieure à 90% est fréquente l’été dans le New Jersey (c’est le nord du Sud), quand c’est humide même une température de seulement 24 degrés est intenable ou du moins extrêmement inconfortable. Or l’air conditionné par conception déshumidifie et dessèche énormément l’air. La stratégie serait alors de ne pas le mettre trop froid ou s’il ne fait pas assez chaud dehors pour qu’il se mette en route, de le pousser un peu pour le déclencher et une fois l’air intérieur suffisamment déshumidifié de remonter le thermostat pour ne plus qu’il se déclenche. Et répéter l’opération dès qu’il devient trop humide à nouveau dans la maison.

Même moi qui suis très frileuse et qui aime la chaleur (je suis du Sud, méditerranéenne)  il m’est arrivé ces dernières années d’avoir à mettre en route l’engin alors qu’il faisait seulement 24 degrés dehors, mais avec 95 ou 96 % d’humidité, ce qui est extrêmement inconfortable. Le climat méditerranéen est plutôt sec en été bien que très chaud, humide en hiver, mais peu froid en contrepartie, donc la chaleur très humide je ne suis pas du tout habituée. Dans le New Jersey il arrive très souvent d’avoir 98% voire 100% d’humidité pendant plusieurs jours ou semaines d’affilée en été.

Ensuite, malheureusement, cela tient aussi à la façon dont sont construites les maisons : en bois elles retiennent extrêmement la chaleur, ce qui est certes un avantage en hiver, mais une absolue horreur en été. Quand on monte dans les étages (et les chambres sont généralement au 2ème voire 3ème étage justement) dès qu’il fait plus de 28 ou 29 degrés dehors, même avec chaleur sèche à moins de 40% d’humidité, la température des pièces devient parfois plus chaude que celle de dehors. Ensuite les maisons ont une grande inertie et le temps pour se rafraîchir ou refroidir est très long. Même si la nuit ça tombe à 15 degrés dehors, la maison n’a pas le temps de rafraîchir assez et est déjà à 25 degrés dès le matin suivant et ça continue de monter dans la journée. 

Ne pourrait-on pas construire mieux ou pas en bois, isoler ou trouver une solution d’isolation avec des matériaux modernes plus performants ? Dans les maisons en pierre ou en béton sur la Côte d’Azur, on encaisse bien chaud tant que l’humidité ambiante reste en dessous de 50% et la maison garde une certaine fraicheur en fermant vitres et volets. Ici j’ai fait l’erreur une fois de tout fermer (vitres et rideaux, il n’y a pas de volets) et la maison était devenue un four pire qu’avec les fenêtres ouvertes, si on n’a pas d’air conditionné ou on ne veut ou ne peut pas le mettre en route. Dans ces cas-là il vaut mieux laisser tout ouvert, portes et fenêtres. 

Ceci dit, aux États-Unis il y a souvent un basement dans les maisons, un sous-sol à moitié ou presque complètement enterré et là par contre c’est frais, très frais même puisque d’une part c’est enterré et d’autre part c’est une structure en pierre ou parpaing (ce sont les fondations de la maison) et pas en bois. Dans mon basement il fait péniblement 20 degrés quand on ne chauffe plus (de mai à octobre) voire moins et il m’arrive de mettre une veste ou un pull si j’y reste immobile pour regarder un film. 

Mais tout de même, en début de saison, quand il fait 24 degrés dans la journée au maximum et 30 ou 40 % d’humidité a-t-on vraiment besoin de mettre l’air conditionné en route ? C’est ce que fait tout le monde ici dès qu’il fait plus de 20 degrés dehors ! Et tenir ensuite sa maison, les magasins, les restaurants les centres commerciaux tout l’été à 18 degrés (voire 16 ou 17) quand en hiver on surchauffe à 24 ou 25 ? En hiver on ne supporte pas 18 degrés — « c’est trop froid ! » quand en été on les réclame et qu’on règle l’air conditionné partout à 17 ou 18 degrés ! Et en été on ne supporte pas 24 ou 25 degrés quand en hiver on les réclame et qu’on pousse les chauffages partout à 24 ou 25 ! Allez comprendre…

À ce rythme-là ce n’est pas demain qu’on va résoudre le changement climatique et les consommations d’électricité et autres énergies.

Quand même nous ne supportons pas (plus) grand-chose, nous nous comportons comme des spoiled brats.

Papier toilette et autres pénuries provoquées

L’essence est tout récemment passée à plus de 3 dollars (le gallon) alors qu’elle était à moins de 2 dollars l’an dernier en juillet, après le confinement (le vrai, le lockdown / shelter in place de mars avril mai 2020)  https://michusa.wordpress.com/2020/07/12/le-prix-de-lessence/

Nous avons appris qu’il s’est produit une attaque de hacker contre un pipeline majeur qui nous apporte de l’essence dans le Nord-Est et également tout l’Est du pays jusqu’au Sud-Est, attaque informatique qui a bloqué l’acheminement de l’essence dans le pipeline : en bref à cause de cette attaque et en attendant le paiement de la rançon qui allait avec, le robinet était fermé et l’essence ne coulait plus dans le pipeline. WTF ? Pourquoi met-on tout sur Internet ? D’autant plus ce genre d’infrastructures cruciales et potentiellement fragiles qui provoqueraient un désastre en cas d’attaque informatique ? Quand ce devraient être des systèmes en circuit fermé et ultra sécurisé. Circuit fermé ce n’est pas le cas puisque l’attaque viendrait d’un hacker de Russie ou de par là, en aucun cas de quelqu’un qui se serait introduit physiquement sur un des sites qui gère le pipeline. Les bras m’en tombent.

Attaque relayée avec force dans les news et les journaux partout, à hauts cris en disant bien haut et fort que le Nord-Est (et tout l’Est du pays mais il était surtout question du Nord-Est dans ces articles) allait expérimenter une pénurie d’essence à la pompe. Ce qu’il ne fallait surtout pas dire (mais la catastrophe et la mauvaise nouvelle sont vendeuses, une poule aux oeufs d’or pour les médias). Grâce à ce battage médiatique on a ainsi déclenché une panique, les gens se sont rués, ont fait la queue aux stations à essence pour remplir leur réservoir de voitures et des bidons ( ! ) et effectivement il y a eu une pénurie, essentiellement dans le Sud-Est et l’Est, pas tant par chez nous dans le Nord-Est d’ailleurs.

Alors que si je n’en avais rien su, si personne n’an avait rien su, il n’y aurait certainement pas eu de pénurie. Personnellement je n’ai même pas eu besoin de faire le plein cette dernière quinzaine donc si je n’en avais rien su, je ne me serais pas aperçue d’une pénurie à la pompe. D’autant plus que même si ce n’est plus le lockdown, la vie n’est pas encore entièrement revenue normale et on roule quand même beaucoup moins. Donc quel était l’intérêt de marteler l’information comme quoi « ouh là là le Nord-Est va manquer d’essence à la pompe » ? Total ça a été bien plus que le Nord-Est (et je répète dans mon coin du Nord-Est je n’ai rien vu aux stations alentours, ni queues ni panneaux disant qu’ils n’avaient plus d’essence). Par contre tout le Sud-Est et la partie de l’Est au sud de chez nous, le mid-Atlantic, ça a été queues à la pompe etc… Et la pénurie. Mais provoquée par cet afflux de clients qui ont surstocké !

Surtout que finalement cela a été réparé rapidement : le pipeline [le robinet] qui avait été coupé a été rouvert et l’essence coule de nouveau à flots. Quand je dis réparé, en fait la compagnie qui gère ce pipeline a payé la rançon au hacker (même chose : avons-nous besoin de savoir cela, qu’ils ont payé ? Ne devrait-on pas le garder secret — c’est quasiment du secret défense dans ce cas précis —parce que franchement pour donner des idées à d’autres hackers et leur montrer que ça marche puisque les entreprises payent, il n’y a rien de mieux ! )

En tout état de cause cela a été réparé très rapidement donc si l’on n’avait rien dit personne ne se serait aperçu de rien : le pipeline a été coupé moins d’une dizaine de jours et il y a quand même des stocks tampons chez les grossistes et dans les pompes il me semble. On aurait pu le dire après coup (ou même pas, franchement quel intérêt à part donner des idées malfaisantes à des pirates et aussi afficher notre vulnérabilité auprès de puissances étrangères malfaisantes, certaines fois ce sont les mêmes engeances d’ailleurs), on aurait pu au moins le dire après coup, une fois que tout était remis en place au lieu de déclencher cette panique qui a produit outre une pénurie toute temporaire, une augmentation des prix pas temporaire elle par contre… Les prix ne redescendront pas, on nous a déjà prévenus (par les mêmes médias d’ailleurs ça aussi c’est provoqué) on peut dire que ce sont des pénuries annoncées et provoquées. Ensuite tous les prétextes sont bons pour augmenter les prix (et ne pas les diminuer bien entendu) : pénurie, on augmente le prix ; sur-stock et si le consommateur final ne consomme pas assez, on augmente aussi les prix « parce qu’il y a un manque à gagner », je cite. Ça a été déjà le cas toujours pour l’essence : en novembre dernier (2020) il y a eu une augmentation des prix à la pompe parce qu’à cause du lockdown et des restrictions de déplacements  et des voyages de fait, nous n’avons pas consommé assez d’essence. Et maintenant en mai avec cette pénurie provoquée. (D’autant que ce ne sont pas des raisons internationales comme les prix du brut ni aucune tension particulière, guerre, c’est un « problème » (pseudo-problème) purement américain et encore, de l’Est américain.)

Pour le papier toilette la pénurie provoquée (par la pandémie, ou la panique initiée par la pandémie et surtout la façon dont la pandémie a été rapportée par les politiques et les médias) a été moins grave que celle de l’essence puisque les prix sont redevenus normaux sur ces produits. Mais nous avons eu plusieurs vagues de ces pénuries de papier toilette, vagues qui allaient avec les vagues pandémiques. Même chose c’est auto-déclenché par les nouvelles alarmantes et sensationnelles en une des médias, une façon de présenter l’information, par les médias et les politiques, telle qu’elle fait bien peur, ce qui a provoque la panique des foules et l’achat de papier toilette…

C’est un peu fatigant ce comportement provoqué, toujours par les mêmes spéculateurs, financiers et banquiers — oui je les mets dans le même sac — bien servis par les médias et les nouvelles en une des journaux, qui font tout pour provoquer ces pénuries. Quand on sait qu’à chaque chute de neige, chaque hiver, bien avant les problématiques de la pandémie, à chaque tempête annoncée il y avait des rayons vides de pâtes, de conserves et d’eau en bouteilles — pas de pénurie de papier toilette cependant, ça a été la marque du Covid ces pénuries de papier toilette. Je précise qu’une chute de neige c’est un jour, voire deux d’immobilisation forcée. Si on perd le courant, ce serait quelques jours (c’est déjà arrivé, on connait donc la durée) donc pas de quoi faire des provisions pour 6 mois, il ne faut rien exagérer. 

Si l’annonce d’une simple chute de neige peut provoquer ce genre de pénuries « artificielles » dans une région habituée à avoir des chutes de neige régulières en hiver, pas étonnant qu’une pandémie — phénomène hautement inhabituel, surtout celle-ci dans ses circonstances mondiales et uniques —provoque des pénuries de plus grande ampleur… 

Papier toilette, essence — la pénurie d’essence n’était pas due au virus du Covid-19 en l’occurrence mais à un virus informatique, il y a une certaine ironie amère. Mais ce n’est pas perdu pour tout le monde, certains en font leurs choux bien gras, directement ou indirectement, les médias n’étant pas les derniers, en vendant de la copie avec leur sensationnalisme de catastrophe et les revenus publicitaires induits, cha-ching !

Cha-ching : bruit de la machine à sous et expression onomatopée nord-américaine qui signifie l’encaissement de beaucoup d’argent.

Premier mai

Un brin de muguet dans mon jardin, le seul brin un peu fleuri, tous les autres sont en bouton encore ce qui est normal pour la saison, d’habitude ils sont en pleines fleurs une dizaine de jours plus tard, vers le 8 ou 10 mai.

Muguet dans mon jardin 1er mai 2021

Les visiteurs du matin (mai 2020)

 

Lundi 25 mai en ouvrant ma fenêtre le matin : un renard. Première fois que j’en vois un dans mon jardin. Il y en a plusieurs à Berkeley Heights et un dans ma rue que j’ai vu traverser plusieurs fois devant ma voiture mais il n’était jamais venu dans mon jardin, du moins pendant la journée, je ne l’y avais jamais vu.

Jeudi 28 mai, de la même façon en ouvrant ma fenêtre le matin : une biche, c’est beaucoup plus courant et cela arrive régulièrement à toute heure de la journée aussi.

Du New Jersey, journal du 16 avril

 

Ici tout va bien, nous ne sortons plus du tout vu la charge virale ambiante (c’est le New Jersey autrement dit le second point chaud après New York). Tout le monde travaille ou étudie de la maison et nous faisons livrer (à prix d’or) nos courses alimentaires.

Je suis très contente, je viens de souscrire à un « panier » de légumes de fermes du New Jersey Central et des régions avoisinantes. Bien que l’abonnement ne commence pas avant le mois de mai pour la saison 2020, ils ont proposé d’acheter un panier en avance sur la saison et hors abonnement, devant être livré aujourd’hui, ce qui a été le cas. Donc nous avons eu un énorme carton de produits frais : que du « vert » puisque nous sommes encore tôt pour la saison — poireaux, épinards, céleri, salade, mesclun, persil, champignons et pommes. Nous avons pu ajouter aussi des oignons jaunes et rouges et ma fille a voulu aussi du kale (un genre de chou vert à larges feuilles et pas compact). Donc nous allons faire des cures de légumes et de verdure. Ils ont aussi proposé deux autres de ces boîtes pour attendre le mois de mai et je me suis ruée dessus — ces temps-ci quand la nourriture est effectivement disponible et livrée à la porte, on prend ! Ce que nous n’aimons pas ou ne connaissons pas ou que nous n’achetons pas d’habitude, eh bien nous apprendrons à aimer.

Pour faire livrer les courses de supermarché ça ne marche pas si bien et c’est hors de prix : tout ce qu’on achète pour faire livrer est à la base plus cher que si l’on allait au supermarché. En gros prix plus chers (en plus de l’augmentation des prix en général depuis le début de la crise — c’est officiel, la plus grande augmentation mensuelle des prix pour les denrées et produits d’épicerie depuis 1974) plus la livraison plus des frais administratifs plus le pourboire du livreur (comme je ne sais pas s’ils ne sont pas payés qu’au pourboire, j’en mets un généreux). La semaine dernière pour une livraison de 100 dollars de marchandise il y a eu 20 dollars en plus pour la livraison (frais et pourboire confondus). Cette semaine c’est 30 dollars !  Je ne sais pas pourquoi. Mais il n’y avait pas les mêmes choix de livraison que la semaine dernière et il n’y avait qu’une seule case à cocher avec ce prix… ou pas de livraison du tout avant je ne sais quand. Pas d’option pour faire livrer la semaine prochaine par exemple comme c’était le cas la dernière fois.

Bref ces paniers (cartons en réalité) de légumes sont les bienvenus. Surtout que l’on peut avoir d’autres ajouts, venant d’autres fermes, avec des œufs, du lard, du miel, etc. Et la livraison est incluse dans les prix donc on sait à l’avance ce que l’on va payer, pas de surprise. C’est livré par les fermiers du collectif eux-mêmes, pas d’intermédiaires. D’autant que dans le cas des livraisons de supermarché, comme je l’ai expliqué précédemment, ce n’est pas le supermarché ni un employé du supermarché qui prépare la commande et qui livre, mais une société intermédiaire : c’est pour ça que c’est si cher et si je donne un pourboire c’est parce que censément 100% du pourboire va au livreur, ce qui me fait craindre qu’il n’ait pas de fixe. Tous les autres frais vont aux connards de la Silicon Valley et ça ne me plaît pas du tout. Quant à la différence de prix brut, entre le prix de la marchandise achetée directement sur place dans le supermarché et le prix de la même marchandise livrée ? Je ne sais pas où ça va, à qui profite le crime. Au supermarché ? Cela serait bizarre puisque pour eux ça ne change rien et puisque ce ne sont pas eux qui livrent. Donc la différence de prix de chaque article va encore dans la poche des connards milliardaires de la Silicon Valley.

Si je vois que la prochaine fois c’est 40 dollars en plus pour la livraison (donc 40% ! ) je laisse tomber. D’ici là nous aurons reçu nos masques alternatifs (cousus par un atelier de couture de San Francisco dont je suis cliente pour les pochettes de stylos et les sacs d’habitude, ils sont en route). Les masques sont obligatoires maintenant si on veut rentrer dans un supermarché. Je pourrai ainsi retourner à mon petit Stop and Shop du centre-ville, qui est en outre moins cher que le supermarché par lequel je suis obligée de passer pour avoir la livraison…

Je me suis abonnée aussi à Amazon Prime pour avoir accès à la chaine de supermarchés locaux d’Amazon (chaine de supermarchés rachetée par Amazon il y a quelques années), mais impossible d’avoir une livraison et maintenant je ne peux même plus rien mettre dans mon caddie de courses alimentaires ! En plus ils passaient leur temps à me le vider selon les indisponibilités… donc je n’ai jamais rien pu commander. Je suis sur liste d’attente, c’est ridicule. Le supermarché physique est un peu trop loin de la maison pour que j’y aille (il se situe à Madison) et là on n’a pas besoin de Prime pour y rentrer de toute façon puisque c’est un supermarché classique (préexistant au rachat par Amazon, j’y suis déjà allée plusieurs fois dans le temps). Donc en gros je me suis fait avoir. Je vais au moins essayer de profiter des films de Prime, quoique… déjà que je n’ai jamais vraiment le temps de regarder Netflix.

Dire que j’avais résisté à ce Prime qui engraisse Bezos et voila que le virus m’a fait aller contre ma conviction ! 

Rien de grave, que des désagréments idiots… Je ne vous raconte pas non plus le nombre hallucinant de cartons que j’ai jeté au recyclage ce soir ! Bien sûr puisque je reçois mon savon pousse mousse, mon bicarbonate anti odeur, mes produits de ménage pour nettoyer les WC, les pastilles bleues pour la chasse d’eau par Amazon (Amazon normal, pas le supermarché) : donc rien d’excitant quand on ouvre ces cartons. Ça au moins c’est le même prix  (et livraison gratuite par Prime du coup) que quand je les achetais à Target. Mais c’était plus simple quand il suffisait de faire une virée en une heure de temps, aller courses et retour, à mon Target route 22 et j’avais mes produits de nettoyage tout de suite. Sans compter tout ce qui est en rupture ces temps-ci… Je pense que les gens nettoient leurs poignées de porte voire leur nourriture avec du canard WC, ce n‘est pas possible autrement !

De la neige en mai ?

 

Ce samedi 9 mai 2020 après-midi.

Effectivement, elle était annoncée dans les prévisions météorologiques de la veille — il y a sans doute eu quelques flocons dans la nuit de vendredi à samedi mais pas de traces chez moi au matin.

Quand soudainement dans l’après-midi de samedi, il s’est produit ceci :

Heureusement cela n’a été qu’une giboulée qui n’a duré qu’un quart d’heure et qui n’a pas tenu. Dans le New Jersey Central ça n’a pas tenu mais plus au nord dans le New Jersey, certains se sont réveillés ce samedi matin avec le sol tout blanc, même chose à Central Park qui a été saupoudré. 

Par contre il fait froid, cela fait plusieurs nuits qu’il s’est remis à geler, j’ai dû rajouter une couverture sur mon lit, couverture que j’avais enlevée ces semaines passées pensant être au printemps puisqu’il faisait plus doux. Je suis bien contente de ne pas avoir encore baissé la chaudière ni d’avoir mis la maison en mode été, notamment de n’avoir pas encore ouvert toutes les écoutilles et trappes d’aération pour l’air conditionné, ni enlevé les rideaux et les boudins des portes d’entrée. Habituellement je fais tout ça début mai, même si nous avons encore des petits frimas ponctuels courant mai ce n’est jamais froid à ce point (il ne gèle plus normalement).

(c’était même avant qu’il neige : il faisait si froid qu’il a fallu que je me harnache ainsi pour aller chercher mon courrier)

La neige en mai ce n’était plus arrivé depuis plus de 40 ans : la dernière fois qu’il y a eu de la neige en mai en quantité mesurable (ce qui a été le cas donc hier dans certains endroits du New Jersey et à Central park) c’était vers la fin des années 70 — le 9 mai (!) 1977.

Bref 2020 est une année définitivement à passer aux oubliettes (on voudrait ! )

Le printemps sans nous

Le printemps sans nous

Le printemps sans nous

Ce printemps 2020, c’est le printemps sans nous…

Photos et vidéos faites hier 7 mai 2020 dans le jardin sans jamais m’éloigner de plus de 20 ou 30 mètres de la maison. Grand soleil mais petit 17 degrés avec un peu de vent, le fond de l’air était frais, j’étais dehors vers 15 heures sans veste mais avec un pull en laine à manches longues. Le soir c’était nuageux, je n’ai pas pu observer la dernière super lune (super lune des fleurs) de la saison.

Aujourd’hui 8 mai 2020, petite vague de froid, il a fait 6 ou 7 degrés toute la journée avec 11 au plus chaud, pluie toute la journée également, humidité glaçante dans la maison malgré le chauffage et ce soir 8 mai nous attendons de la neige pour cette nuit, oui de la neige !  En mai… pour ajouter à notre malheur.

(L’État de New York plus au nord en a déjà eu dans l’après-midi, au point d’avoir le sol tout blanc, couvert de quelques centimètres.)

Le printemps sans nous

Le printemps sans nous

En mai…

 

Non pas en mai fais ce qu’il te plait, mais l’enchainement des jours. J’ai commencé à avoir plus envie de rosés et de bières malgré les trombes de pluie fréquentes, la chaudière qui a lâché pendant une vague de froid mi-mai, l’alerte tornade fin mai… la vie quotidienne.