Archives du mot-clé Chanson

Foule sentimentale

 

Une fois n’est pas coutume — d’ordinaire je ne publie que des textes, photos ou vidéos personnelles sur ce blog mais aujourd’hui j’ai décidé de publier un lien vers la vidéo officielle de la chanson Foule sentimentale d’Alain Souchon.

J’ai récemment acheté son dernier album, Âme fifties (très bon album avec la superbe chanson On s’aimait et d’autres de grande qualité aussi) et cela m’a donné envie de réécouter quelques-unes de ses anciennes chansons. Parmi celles-ci j’ai retrouvé Foule sentimentale. Sa pertinence et son actualité criante m’ont frappée et je l’ai réécoutée en boucle.

La meilleure chanson française sur le sujet — la surconsommation et le vide de la société de consommation — écrite à ce jour, visionnaire qui plus est, car écrite en 1992/93 : il n’y avait pas Amazon à l’époque, pourtant il parle déjà des cartons d’emballage et des désirs qu’on nous impose, « les quantités d’choses qui donnent envie d’autre chose » qui sont, de nos jours, la marque de fonctionnement d’Amazon en particulier mais pas que.

À réécouter d’urgence en ces jours de « Black Friday » ultra soldes et autres discounts quasi permanents — un anti hymne au Black Friday justement.

Divine Diana Krall

Divine Diana Krall

Divine Diana Krall

Un nouvel album de la divine Diana Krall en ce début du mois de mai — Turn up the Quiet.

Dans cet album, sa version de Sway est à se pâmer, rien que pour cette chanson l’album vaudrait le coup. Ce n’est pas la seule excellente interprétation évidemment mais elle suffit et justifie à elle seule l’album.

Cette fois j’ai acheté l’album directement en vinyle 33 tours — pas de risque j’aime tous les albums de Diana Krall, pas un n’est mauvais. Et cerise sur le gâteau le vinyle vient avec un code pour télécharger l’album en mp3 (et se graver le CD par la même occasion). Donc pour le prix du vinyle j’ai  en plus le CD et le mp3 pour écouter dans la voiture et en voyage.

Divine Diana Krall comme toujours, les seuls disques de ma discothèque que je n’avais pas eu le temps de graver à Dorothy je crois.

Je n’ai pas encore écouté en détail cet album sorti vendredi dernier et reçu ce mardi soir, je l’ai parcouru vite fait mais je me suis arrêtée sur Sway — un bijou, passé le choc de la surprise, je croyais avoir déjà une version de cette chanson par Diana Krall dans un autre de ses albums — du coup je l’ai écoutée en boucle.

Stay with me, sway with me

I can hear the sounds of violins
Long before it begins
Make me thrill as only you know how
Sway me smooth, sway me now

Stay with me, sway with me

Un rock que je dansais

Diana Krall qui chante Yeh Yeh de Matt Bianco (son nouvel album, tout juste reçu par la poste) et me voilà replongée des années en arrière, un rock que je dansais avec un ami très cher depuis longtemps disparu —selon son bon vouloir, après tout il connaît mon adresse mon nom et mon numéro ça me fatigue de faire tous les premiers pas de tendre toutes les mains (et les joues par voie de conséquence) si je ne les fais pas qui les fera pour moi ? Fatiguée malgré tout cette énergie inutile inutilisée marre de quémander cette réciprocité cette affection qui allait de soi de toute façon — pourquoi en faire une faveur ?