Archives du mot-clé Automne

Interruption intempéries

Une interruption intempéries, encore une, l’automne et les mois de septembre octobre sont les moments où les tempêtes tropicales sont le plus susceptible de remonter jusque dans le New Jersey — quoique cette année nous en ayons eu une qui est remontée début août [lire ici la tempête Isaias, ici et ici]. Si elles ne remontent pas toutes sous forme de tempête tropicale directement à l’intérieur des terres, on en a souvent au moins les franges ou les queues « simplement »  sous forme de pluies torrentielles (diluviennes littéralement ) sans les vents violents — c’est déjà ça. 

Mais demain et vendredi c’est une nouveauté, une nouvelle variante des intempéries brutales : nous attendons non pas une mais 2 tempêtes qui vont se rencontrer sur terre quelque part dans la région des plaines centrales et mi-atlantiques et unir leurs forces pour apporter encore plus de vent et encore plus de pluie. La cerise sur le gâteau c’est que sur leur sortie des terres, au niveau du Nord-Est (c’est nous, le New Jersey et le New York puis la Nouvelle-Angleterre) il y aura de la neige dans la queue de cette tempête jumelée puisque la masse d’air chaud humide chargée de pluie de la tempête tropicale va rencontrer la masse d’air froid de la seconde tempête qui vient de l’ouest. De la neige ! Pas exactement chez nous dans le New Jersey central ni à New York la ville mais à la limite nord du New Jersey, à la frontière avec le New York (l’état), à moins de 100 km,  70 / 80 maximum de chez nous. Pour ce que l’on appelle upstate New York, la partie nord de cet état ce sera définitivement certain et ce sera leur première neige de la saison.

C’est pour cette raison que j’ai vu des prévisions de températures négatives,  -2 degrés Celsius pour vendredi alors qu’il fait encore entre 12/15 et jusqu’à 18 degrés ces temps-ci. J’ai compris pourquoi, avec cette neige si proche l’air va se refroidir de façon significative.

Deux tempêtes qui se rencontrent (Billy et Zeta, cela sonne comme une romance d’un film hollywoodien ou un roman à l’eau de rose et ce n’est pourtant pas le cas ni de l’un ni de l’autre) et qui vont joindre leurs forces, une première je n’avais jamais entendu ni vu ça depuis plus de 18 ans que je suis ici !

Inutile de dire que je ne suis pas prête, j’ai simplement un peu d’essence qui me reste, pour la tondeuse à l’origine, une dizaine de litres, la tente canopée que je viens d’acheter il y a deux jours pour le groupe électrogène n’est pas encore arrivée. Et j’ai encore besoin de faire un bricolage pour adapter une petite boîte imperméable pour la prise sur le côté de la maison sur laquelle on branche l’énorme fil électrique qui sort du groupe électrogène et alimente la maison dans sa totalité. Une boîte étanche qui permettra de brancher et d’alimenter pendant des intempéries justement. Tâche que je fois faire depuis 2 ou 3 ans et que je remettais sans cesse à plus tard et que j’avais commencé à attaquer il y a quelques jours, sans savoir qu’une tempête me prendrait de vitesse. Jusqu’à présent nous n’avons jamais eu besoin de faire tourner le groupe électrogène pendant l’intempérie elle-même mais seulement après, donc sans réel besoin ni de l’abriter ni surtout d’abriter les branchements électriques ni la prise d’entrée dans la maison. D’autant moins prête qu’en ces temps de pandémie tout est aussi plus compliqué donc se préparer aussi est plus compliqué.

Forte de la prévision météo qui dit que nous aurons seulement des pluies torrentielles mais (normalement) pas de vent chez nous, je croise les doigts pour que la prévision soit vraie. Mais les fortes pluies peuvent aussi abattre des arbres, même sans vent. C’est ce qui s’est passé il y a un mois : des pluies torrentielles ont fait tomber la moitié d’un chêne en bordure de notre propriété avec l’un de nos voisins. Pas de dommages ou très peu et rien sur la maison ni sur les voitures mais la branche qui portait la moitié du feuillage tout en haut du chêne est tombée de 30 mètres de haut où elle était attachée et nous avions entendu un bruit immense ce soir-là au milieu des torrents de pluie. Ce chêne en particulier ne risque plus de tomber, la moitié qui restait a été abattue par les bûcherons professionnels engagés par ledit voisin la semaine dernière. Un souci de moins pour cette tempête, que dis-je, ces tempêtes jumelées à venir.

Décidément cette année 2020 en a toujours en rayon pour ajouter à notre malheur pandémique déjà fort contraignant et notre quotidien misérable.

Novembre 2019

 

Très occupée par les feuilles et la mise en mode hiver de la maison avant mon départ. C’est toujours le cas du mois de novembre, chaque année. Cette année en plus le changement de la voiture qui arrivait en fin de leasing : une épreuve ! Perte de temps de patience et arnaque à la clef — pas moyen de faire autrement malheureusement. Du coup je n’ai pas eu beaucoup de temps pour le reste.

Une distraction positive au moins, une visiteuse de France (en éclair, c’est toujours le cas quand ce sont des visiteurs en voyage professionnel — mais c’est déjà ça ! )

Octobre 2019

 

Le rendez-vous d’octobre avec bien du retard — il me semble que je n’arrête pas de vider un puits sans fond de tâches et de corvées à faire de toute urgence bien entendu, souvent il ne me reste que  tard le soir pour mes projets personnels mes écrits mes photos et mes blogs au moment où je m’effondre épuisée.

Les feuilles d’automne ont été à l’heure cette année (les deux années précédentes elles étaient très en retard) pas d’explosion de couleurs spectaculaire cependant et nous n’avons pas vraiment eu d’été indien non plus. 

La neige annoncée ce soir

 

La neige annoncée ce soir a été annulée, ce n’est pas trop étonnant, il fait encore doux, il a fait 13 degrés aujourd’hui et après le coucher du soleil il faisait entre 8 et 10 degrés quand il a commencé à pleuvoir — au lieu de neiger donc.

Rien ne m’aurait étonné pourtant, nous avons déjà eu de la neige par 12 degrés et de la pluie par moins 10.

C’est ce qui arrive à force de ne pas utiliser le système métrique et d’être bloqué dans un système archaïque, pas pratique du tout et qui ne correspond à rien : 100 F c’est environ 38 / 40 degrés C (je ne vous raconte pas quand l’infirmière de l’école m’appelait pour me dire que l’un de mes enfants avait 99 ou 100 ou 101, cela ne m’émouvait jamais, cela n’avait pour moi aucune signification), 32 F correspond peu ou prou à 0 degré C et l’eau bout à 212 F environ, tout cela n’a vraiment aucune signification, on ne peut même pas se faire une échelle logique.

C’est ce qui arrive à force de ne pas utiliser le système métrique, l’eau elle-même ne s’y retrouve pas, ne gèle pas quand il faudrait. J’ai déjà vu mes tuyaux du sous-sol sous abri (relatif) geler complètement par -5 ou -6 et pas du tout par -15 alors que la plupart du temps quand la température descend à -10 dehors cela se répercute immanquablement dans le sous-sol (sous abri), l’eau gèle dans les tuyaux à cet endroit précis. Ce sont les exceptions qui confirment la règle… sauf que ces exceptions ne sont pas logiques elles-mêmes.

Ne pas utiliser le système métrique, système logique et parlant, l’eau s’y perd aussi, ne reconnait rien dans ces chiffres absurdes et gèle quand il fait suffisamment chaud ou reste liquide quand il fait très froid — allez comprendre, elle ne le comprend pas non plus.

Septembre 2019

 

Le retour dans la routine, les visites médicales de rentrée, les 23 ans de ma fille, et toujours des bières et du vin à déguster. Les feuilles s’annoncent en temps et heure cette année. 

Beaucoup de retard dans les lectures, les montages video, les photos sans parler d’écrire… Le manuscrit est au point mort.

 

Été indien

Pas d’été indien cette année et pour la deuxième année consécutive pas de vrai flamboiement de couleur non plus. Quelques arbres ont rougi çà et là mais de façon disparate sans cet unisson habituel. Est-ce uniquement dans le New Jersey ou est-ce général comme l’an dernier où la saison des feuilles avait été inexistante pour le malheur de l’industrie du tourisme ?

En feuilletant ma collection de photos depuis l’automne 2002, je confirme que ni cette année ni l’an dernier en 2017 nous n’avons eu de flambée spectaculaire des couleurs des feuillages contrairement à toutes les autres années, entre 2002 et 2016, où c’était le cas de façon systématique.

En espérant que ce ne soit pas annonciateur d’un hiver plus rude que d’habitude. Par contre cette année, contrairement à ces dernières années où je finissais les passes de ramassage de feuilles début décembre, presque toutes les feuilles sont tombées et je devrais pouvoir finir de nettoyer ces deux prochaines semaines, au moment de Thanksgiving au plus tard.

Première vague de froid, avec un mois d’avance

Première vague de froid

Première vague de froid

Première vague de froid

(du t-shirt à la parka bis repetita)

15 jours après la tempête tropicale et ses pluies tièdes, il a fait -8 degrés dans la nuit de vendredi à samedi, vendredi 4 degrés au réveil et la température s’est mise à chuter en dessous de zéro dès 11 heures du matin pour atteindre les -8 dans la nuit — un record de froid pour la saison. Samedi c’est resté en dessous de zéro toute la journée, record de froid là encore, pour la saison. On parle de polar vortex, j’adore tous ces nouveaux mots météo, polar vortex, bombogenesis, nor’easter — nouveaux pour le vulgum pecus, on ne les employait pas il y a quelques années, ils font maintenant partie du langage courant.

Pour demain un avis de « conditions météorologiques sévères » (sic) : en gros on attend un mélange de pluie/neige, pas vraiment la première neige, rien qui va tenir mais pour la transhumance matinale, celle d’un lundi matin qui plus est, ça va faire mal, nous ne sommes plus habitués au froid, à la neige, même fondue, et aux routes glissantes.

Lundi dernier dans la journée j’étais en t-shirt dehors pour nettoyer les feuilles de mon jardin. Et le soir au tai-chi j’étais aussi en t-shirt, il nous a fallu ouvrir la fenêtre tant il faisait chaud dans la salle.

Une semaine après, on attend de la neige.

Terre inhospitalière décidément

Trop vert

Ce matin 27 octobre 2017 à Central Park, New York :

trop vert-1

Central Park, New York 27 octobre 2017

 

Puis le New Jersey vu du train :

trop vert-2

New Jersey vu du train, 27 octobre 2017

Dans la ville voisine où se trouve notre gare, quelques arbres ont viré, plus qu’à New York mais quand même cela reste globalement vert dans l’ensemble :

trop vert-3

Summit, New Jersey central, 27 octobre 2017

 

trop vert-4

Summit, New Jersey central, 27 octobre 2017

Très vert, trop vert pour la saison, on devrait être à mi-chemin de la chute des feuilles et tout devrait être déjà jaune rouge ou marron.

De l’air conditionné au chauffage

En l’espace de quelques jours on est passé de l’air conditionné au chauffage, quasiment du short au sweat-shirt.

Avant-hier, dans la nuit de mardi à mercredi il m’a fallu dormir la fenêtre ouverte tant il faisait chaud et lourd depuis les deux derniers jours — l’unité d’air conditionné est éteinte depuis 10 jours et je n’allais pas la rallumer mais c’était presque nécessaire.

Ce soir jeudi, j’ai craqué et allumé le chauffage avant de me coucher, la maison est à peine à 15 degrés ce soir, avant la nuit, et on nous a promis pas loin de zéro degré cette nuit avec un frost advisory, avis de gel — il est prévu la première chute de neige dans la région des Grands Lacs pour ces jours-ci, une trentaine de centimètres, alors peut-être ressentons-nous cet air glacé porteur de neige venant du nord-ouest ?

D’habitude j’essaye de tenir jusqu’à Halloween, le 31 octobre, je crois que l’an dernier aussi j’avais triché de quelques jours en avance. Pas envie de me réveiller avec 12 degrés dans la maison au petit matin. Il devrait faire plus doux samedi mais rien de caniculaire cependant, une tempête tropicale (sic !) est prévue pour dimanche, plus exactement un nor’easter, cyclone d’hiver de grande échelle,  mais sans la neige (re sic ! je cite monsieur météo qui est décidément plein d’humour…) donc avec des pluies torrentielles.