Archives mensuelles : juillet 2022

Est-ce que ce monde est sérieux — trace

Madame Lit (de l’excellent blog Madame Lit : à lire ici : https://madamelit.ca  ) a tout juste laissé un commentaire sur mon dernier article sur le capitalisme carnassier et le gaspillage, Est-ce que ce monde est sérieux ?, disant que ce capitalisme l’épuisait mentalement et avant même que j’aie pu lui réponde que c’était la même chose pour moi, ce matin dans ma boite de courrier électronique j’ai trouvé ceci dans les nouvelles du jour :

Y a-t-il de l’argent à se faire sur la lune ? Les grandes puissances et les milliardaires font la course au démarrage d’une économie extra-terrestre (littéralement d’un autre monde sic ! il y a une sorte de jeu de mot volontaire ou involontaire dans ce out-of-this-world )

WTF ?

Oui comme Madame Lit cela m’épuise mentalement, ce capitalisme rapace et avide est une charge mentale monstrueuse et constante sur la plupart d’entre nous, les gens de peu. Ce monde n’est pas sérieux et si glouton et avide d’argent — de l’argent pour l’argent.

Si j’étais en charge au niveau mondial, j’arrêterais instantanément tous les programmes, absolument tous, tous les programmes de recherche spatiale partout dans le monde, même si sur le fond c’est dommage et qu’il y a beaucoup à apprendre, beaucoup à découvrir qui pourrait peut-être sauver des vies ou rendre des vies meilleures. Mais tant pis parce que si tous ces efforts et ces résultats sont pervertis dans un seul but « se faire du pognon » toujours plus de pognon finalement alors il vaut mieux renoncer à toutes ces recherches et ces découvertes.

C’est à hurler, à vomir. Et cela va mal finir.

J’avais écrit un article il n’y a pas si longtemps sur le sujet des « centres commerciaux dans l’espace et du tourisme spatial », lire ici : https://michusa.wordpress.com/2021/11/14/nous-construisions-des-civilisations-trace/

Et nous y sommes encore une fois, encore et toujours. Le pognon, le pognon le pognon. Les centres commerciaux et les hôtels de luxe dans l’espace, sur la Lune pour se faire du pognon toujours plus de pognon. Nous arriverons à exporter notre maladie mentale et nos horreurs, nos ordures aussi — au propre comme au figuré jusque dans l’espace, jusque sur d’autres planètes.

Pour quoi faire ? Quand ils seront dans le sapin qu’est-ce qu’ils en feront de tout ce pognon ? Leur argent leur monte à la tête, c’est une drogue dure pire que toutes les drogues existantes, il faut les désintoxiquer en leur confisquant tout. C’est de la folie furieuse à ce niveau-là, digne du retour des camisoles de force.

Je suis pour le rétablissement de la guillotine et le passage à la guillotine de tous ces milliardaires qui ne savent plus quoi faire de leur peau et de leur pognon alors que des millions de gens crèvent de faim de  maladie et triment sans pouvoir joindre les 2 bouts dans des conditions abominables. Absolument écœurant  ! Les seigneurs, rois et empereurs du passé étaient des petits joueurs en comparaison de cette monstruosité.

Je suis épuisée moi aussi.

Est-ce que ce monde est sérieux ?

Est-ce que ce monde est sérieux ?

« Some 1.1 Billion COVID-19 Vaccine Doses Likely Wasted Since Rollout Began » – from an NGO organization / independent journalist network, Health Policy Watch

J’ai lu récemment qu’un milliard de doses du vaccin Covid ont été gaspillées et donc jetées sans être utilisées depuis le début des vaccinations fin 2020/début 2021. Je ne connais pas l’exactitude ni la précision / vérité de ces chiffres mais que plusieurs centaines de millions de doses aient été jetées, cela est malheureusement plausible lorsque l’on considère l’état actuel du gaspillage tous azimuts (pas uniquement pour les vaccins) dans le monde.

Nous sommes là au comble du capitalisme sauvage hors contrôle, capitalisme carnassier, meurtrier, qui préfère gaspiller et jeter plutôt que de donner, détruire plutôt que de donner gratuitement. D’ailleurs si ce n’est pas possible pour des raisons de logistique de donner ces doses avant leur péremption ou leur gaspillage, ne pourrait-on pas donner au moins les formules de fabrication avec les autorisations de fabrication libres de droits ? Surtout pas, le capitalisme sauvage préfère jeter que donner quelque chose, même s’il ne pourra pas la vendre de toute façon. Est-ce que ce monde est sérieux ?

C’est la même chose pour l’alimentation : 40% des aliments récoltés et/ou produits  sont jetés : il s’agit d’un gaspillage à tous les niveaux, producteurs consommateurs et surtout surtout, intermédiaires qui (ces intermédiaires essentiellement) préfèrent jeter et détruire que donner (arroser d’eau de Javel, poursuivre en justice ceux qui osent ramasser dans les poubelles des supermarchés et des entreprises, etc. ) Est-ce que ce monde est sérieux ?

Je reprends ce vers d’une chanson que chantait Francis Cabrel il y a longtemps, La corrida, « est-ce que ce monde est sérieux ? » 

On pourrait faire toute une série d’articles sur ce thème, « est-ce que ce monde est sérieux ? »

L’homme du KGB

Je poursuis ma lecture du livre de Madeleine Albright, Fascism a warning, Fascisme l’alerte pour l’édition française, j’alterne avec d’autres livres plus légers parce que même si c’est intéressant et important, c’est lourd à porter (en fait je viens de le terminer hier soir). J’en ai parlé ici : https://michusa.wordpress.com/2022/06/14/un-avertissement/

Après une succession de descriptions de plusieurs despotes / dictateurs et fascistes de notre temps, un pays après l’autre, elle en arrive à « l’homme du KGB » comme elle l’appelle — on comprend dès le titre du chapitre de qui il va être question.

Il faut noter que ce livre a été écrit courant 2017: et le portrait quelle fait de « l’homme du KGB » est glaçant et annonce bien ce qui allait se passer. Elle avait vu clair dans son jeu depuis plusieurs années et jugeait non acceptable de frayer et faire des affaires avec ce personnage qu’elle classait dans la lignée des Hitler Mussolini et Staline — nous y sommes, elle avait raison.

« He tells bald lies with a straight face, and when guilty of aggression, blames the victim. He has convinced many, apparently including the American president, that he is a master strategist, a man of strength and will. »

(traduction rapide : « il dit des mensonges éhontés en vous regardant droit dans les yeux, et quand il est coupable d’agression, il blame la victime. Il a convaincu beaucoup de gens, y compris le président américain apparemment [Trump au moment où elle écrit] qu’il est un maître stratège, un homme fort et volontaire. »

Après sa première rencontre avec lui alors qu’elle était « secretary of state » (ministre des affaires étrangères) dans la fin des années 90, début 2000, elle écrit ceci dans son rapport de visite :

«  Putin is small and pale, so cold as to be almost reptilian ».

(traduction rapide : « Poutine est petit et pale, si froid qu’on dirait un reptile ». 

Lors de cette première rencontre, ses premiers mots sont pour commenter la broche que porte Madeleine Albright ; elle lui explique que ce sont des montgolfières qui s’élèvent, à l’image de l’espoir naissant en Russie. Il sourit, se compose un visage grave et se retourne alors vers les caméras de télévision et se plaint «  les États-Unis sont en train d’exercer des pressions contre nous ». Comme ça directement, faisant croire que les petits mots sur la broche étaient un avertissement de pressions américaines, avant même d’être entrés dans la rencontre et les discussions : le mensonge droit dans les yeux à côté de la secrétaire d’état qui n’avait encore rien dit sur la politique de son pays ! Puis quand les médias sont partis, il s’est retourné vers elle avec un mince sourire : « j’ai dit ça pour ne pas que vous soyez attaquée et accusée de faiblesse par les critiques dans votre pays ». Cela résume tout du personnage.

Et un dernier trait : quand l’Union Soviétique s’est effondrée, il travaillait alors pour le maire de St Petersbourg. Tous ses collègues ont alors affiché une photo de leur nouveau président Boris Yeltsin dans leur bureau comme c’est souvent l’usage partout ; lui a affiché un portrait de Pierre le Grand. 

Toutes ces détails sont tirés du livre de Madeleine Albright sus mentionné. Je vous encourage vivement à le lire, c’est un livre important et qui éclaire beaucoup la situation actuelle. 

Visite à l’arboretum — trace (video)

Retour à l’arboretum visité en automne dernier (lire et voir ici : https://michusa.wordpress.com/2022/04/05/visite-a-larboretum-video/ ) avec la même amie et nous avons fini la soirée dans une pizzeria bon marché. Beaucoup de vert et de fleurs, ce qui faisait du bien après les longs mois d’hiver où les arbres sont gris et nus.