L’incroyable arrogance des hommes

 

Supplanter le soleil supplanter les rythmes du soleil et de la rotation de la Terre et imposer nos horaires selon nos petites rapacités économiques — en essayant de faire passer la pilule sous divers prétextes aussi fallacieux les uns que les autres.

Quelle arrogance !

Quelle arrogance, quelle insupportable arrogance des hommes à vouloir imposer leur volonté au soleil, aux mouvements cosmiques tout simplement, excusez du peu.

On aurait pu penser qu’en ces temps de crise sanitaire, où sur certains plans l’on semble en faire trop (qui suis-je pour juger qu’on en fait trop ou pas assez, on ne saura qu’après ce qu’il aurait fallu faire et il est si facile d’être malin après coup), on aurait pu cependant penser qu’en ces temps de crise sanitaire avec l’angoisse, le stress et l’anxiété qu’elle porte à son paroxysme, il aurait fallu supprimer ou au moins repousser le changement d’heure. Quand il est connu et reconnu médicalement, psychologiquement et socialement que c’est un facteur de stress supplémentaire, que la majorité des gens le subissent de plein fouet et qu’il influe négativement au niveau fatigue, santé, irritabilité et j’en passe, chaque année, en temps ordinaire sans crises particulières. N’aurait-il pas été judicieux cette année, pour une fois, par principe de précaution — puisque c’est le credo actuel et toutes les décisions même les plus discutables sont prises au nom de ce principe, ne serait-ce que pour clore toute discussion, toute objection — n’aurait-il pas été judicieux donc, d’au moins repousser le changement d’heure, exceptionnellement ? 

Mais l’immense arrogance des hommes leur fait penser qu’ils sont supérieurs au soleil et à l’univers — au lieu de suivre et respecter les rythmes de l’univers, ils passent outre et font comme ils veulent — avec les crises que l’on sait, l’une s’enchaine après l’autre. Tout n’est certes pas imputable au changement d’heure mais, dans tous les cas finalement, imputable au non-respect de notre environnement au sens premier du terme, le milieu dans lequel nous vivons, notre planète soumise aux forces du soleil, de la galaxie et au-delà. Cela n’empêche pas le soleil et la planète de continuer de tourner à leur rythme de toute façon, en dépit de nos conventions humaines à la petite semaine, ces conventions qui ne tiennent pas compte des situations naturelles ni des situations exceptionnelles que nous (les humains) rencontrons — selon la formule consacrée et sacrée, surtout sacrée, business as usual.

Changement d’heure aux États-Unis (passage à l’heure d’été) ce dimanche 8 mars 2020, pour tous les états continentaux et l’Alaska (sauf Hawaii et une exception, ce n’est pas chez moi ni dans les états voisins, j’y reviendrai).

4 réflexions au sujet de « L’incroyable arrogance des hommes »

  1. Bibliofeel

    Il y a un principe de précaution c’est vrai mais que signifie-t-il ? Si en amont on a anticipé les crises prévisibles, et la plupart du temps, elles le sont, ce qui veut dire se donner les moyens d’avoir une recherche performante pour ce qui touche les domaines concernés, avoir des services et du personnel suffisant pour faire face aux crises, alors on a moins de stress et moins de réactions de protection excessives. Si à l’inverse, on a diminué ces mêmes services afin de mettre de l’argent dans la compétition économique, alors la nécessité d’un principe de précaution maximal devient anxiogène et même dangereuse car la crise est plus difficile à contrôler. C’est pourquoi les Hommes ne sont pas tous responsables de l’irresponsabilité quand elle existe, mais les politiques menées et les hommes qui conduisent ces politiques, oui. Merci d’avoir permis cet échange. Bon blog

    Répondre
    1. michusa Auteur de l’article

      Absolument, les crises sont plus ou moins toutes prévisibles voire évitables en amont mais la rapacité et l’adoration du veau d’or (le dieu dollar) font qu’on se précipite droit dedans à chaque fois. Complètement d’accord avec votre analyse sur l’anticipation et se donner ou pas les moyens (meme raison, le dieu dollar et le profit a tout prix et a très court terme pour ne pas faire des investissements ni du travail de fond « non rentables ») : la situation est ce qu’elle est en Europe mais je vous laisse imaginer l’étendue des dégâts ici aux Etats-Unis où je vis. Cela a été évidement rendu encore pire par ces années de  » trumperie « . Anxiogene donc encore plus quand ici il n’y a aucun plan d’action et on passe du tout au rien ou plutôt du « on ne fait rien ce n’est pas la peine cela ne nous touchera pas » au « on ferme tout et on envoie l’armée pour fermer une ville » (ce qui s’est produit hier dans l’Etat de New York a 20 km de Manhattan). J’ai un article en cours pour resumer la situation et l’état d’impréparation absolu ici.

      Répondre
  2. Bibliofeel

    Merci pour vos précisions qui confirme mon intuition. Il faut dire que j’ai vu cela en direct lors de la crise de la vache folle. J’étais alors en contact avec des chercheurs américains qui m’avaient dit la même chose que vous. Ils admiraient notre système de veille sanitaire public, malheureusement mal en point avec les politiques menées depuis. Merci pour cet échange et je lirai vos article. Bonne journée

    Répondre
  3. Ping : Arrogance | michusa — le blog de l’écrivain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s