Archives mensuelles : septembre 2019

Certains mots se sont échappés

Certains mots se sont échappés, envolés, je ne les ai pas retrouvés, ils ne me sont pas revenus, peu importe, c’est si vain quelques fois que de noter ces mots noir sur blanc. D’autres viendront qui les remplaceront ou s’y substitueront, ne poursuivant pas le même but ni la même fonction. Il faut les laisser aller vivre leur vie et accepter ces autres qui viennent même s’ils me semblent imparfaits et me déçoivent quelquefois par comparaison — avec quoi puisque j’ai oublié les premiers ? Avec le souvenir de l’émotion — seule trace — laissée par ces premiers.

(journal 14 janvier 2005)

Le mois d’août

Mois passé entièrement en France ou presque (retour dans le New Jersey le 30 août). Mois intense à essayer de profiter de tout — famille, repas, fromages et vins bien sûr, quelques visites touristiques ou culturelles, voir les amis aussi, n’oublier personne et essayer de passer effectivement du temps avec les uns et les autres et pas uniquement courir partout. Bien difficile à réaliser en 5 petites semaines.

 

Pluie d’étoiles (sans photos)

 

La nuit du 13 au 14 août, un évènement astronomique, la pluie de météorites des Perséides. Je suis sortie vers minuit passé dans le jardin, à l’abri tout relatif de la maison pour cacher les lumières de la rue.

Il fallait plisser les yeux et se convaincre que l’on finirait par voir quelque chose, puis effectivement, on voyait quelque chose — comme une pluie dans le ciel, une pluie d’étoiles.

Il neigeait dans le ciel comme lors de mes tempêtes hivernales, lorsque des traits de neige se détachent contre le fond rouge de ma maison : des traits fins presque intangibles qui se détachaient faiblement contre le ciel à peine noir — pollution lumineuse excessive de la Côte d’Azur oblige, ce n’est quasiment qu’une seule ville de Menton à Toulon. La Lune était aussi presque pleine ce qui n’arrangeait rien mais elle était aussi cachée par la maison.

Quelques étoiles filantes plus grosses faisaient des traits bien épais, plus durables et indiscutables mais la majeure partie ne dessinait que de fins cheveux d’ange à peine visibles — spectacle impressionnant malgré tout, presque émouvant. 

Non je n’ai pas été victime d’une illusion d’optique, de tromperie de mes yeux, je n’ai pas rêvé non plus — pour preuve le lendemain je n’ai pas observé du tout ce phénomène. J’avais en outre déjà observé l’un de ces phénomènes une année précédente mais il était de bien moindre ampleur.

J’ai appelé mes nièces qui ne dormaient pas encore et nous avons regardé ensemble pendant un moment.

Il neigeait des étoiles ce soir-là sur le ciel de la Côte d’Azur.

PS — Sans photos, l’évènement était à peine visible, il fallait juste savourer l’instant (un bon mal de cou et un peu de tournis à la clef).

Juillet 2019

Été fort occupé qui m’a laissé peu de temps pour écrire — pas du tout en fait. Mes visiteurs et leur planning de visites intense, les préparatifs pour mon depart en France à la fin du mois. Juillet bien rempli, je ne me souviens pas des autres détails  — heureusement il reste les vidéos et les photos pour reconstituer le temps.