Le froid — trace

Froid

Il fait froid, soudainement. 
Pas un simple froid « ice blue », mais une plongée à la verticale.
La température est en un seul chiffre en degrés Fahrenheit, cela signifie en deçà de -12 de « nos » degrés européens habituels. 
La neige, promise de longue date, n’est même pas venue l’adoucir en apparence.

3 heures 10, un soleil bas qui est un simulacre de soleil, un sosie inopérant, inefficace. De toute façon la nuit va bientôt tomber, à 5h30 il fera complètement noir, latitude oblige.

Au bout de quelques minutes dehors, les mains piquent malgré les gants, la nuque gratte en dépit du bonnet.
Il y a dans l’air comme une odeur de métal gelé qui me brûle les narines.
C’est intenable sans bouger. Il fait un froid à pleurer. Il ne faut surtout pas pleurer justement, sous peine de congélation instantanée. L’eau de mon corps gèle dans mes narines et dès que je rentre au chaud mon nez se met à couler, dégel.

Pour compenser je surchauffe ma maison, environ 25 degrés Celsius, un écart de près de 40 degrés entre dedans et dehors.
En vain, je n’arrive pas à me réchauffer. J’en ai le dos raidi et crispé.  La peau déshydratée, les bras et les jambes commencent à me démanger. Dire que demain je vais plonger dans la piscine glacée.
Les bouilloires sifflent sans répit, j’en suis déjà à ma quatrième théière de la journée. Tout fait ventre, peu m’importe la qualité, il me faut la quantité.

Je serre la tasse de thé bouillante contre ma joue. Je m’assois pour écrire.

Solitude.

Solitude et froid vont de pair, indiscutablement. 
Le plus grand froid n’est-il pas à l’intérieur ?

 
(texte écrit le 19 janvier 2005 lors d’un hiver spécialement froid et retrouvé en travaillant sur le manuscrit)

4 réflexions au sujet de « Le froid — trace »

  1. maly.loup

    oui, michèle, pour moi le plus grand froid est intérieur………..et la solitude n’est belle que si elle est choisie sinon elle devient mortelle…..très beau texte car je le *ressens*

    Répondre
  2. michusa Auteur de l’article

    Merci cela me touche beaucoup et m’encourage et à continuer et surtout à reprendre ces écrits enfouis au fond de mon ordinateur et les ramener à la vie — à des lecteurs.

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s