15 novembre — tempête Avery

Elle avait un nom cette tempête, signe de son importance. En fait elle a été sous-évaluée, on ne devait avoir qu’un saupoudrage qui ne devait tenir que sur les surfaces non goudronnées. Cela n’a pas été le cas. À la dernière minute (il n’avait pas encore commencé à neiger) nous sommes passés d’ « avis d’intempéries hivernales » en « avertissement tempête d’hiver », winter storm warning. La traduction de warning en avis est erronée dans ce cas puisque le warning est un cran au-dessus de l’advisory (avis) : c’est l’alerte maximum ou rouge. De fait c’est dans cette couleur que l’alerte s’affichait dans mon téléphone au lieu de la couleur orange précédente.

Elle a commencé plus tard qu’il était prévu cette tempête et a duré bien plus longtemps aussi. Elle a pris tout le monde de court, les météorologues et les citoyens lambdas. La neige devait commencer vers 10 heures le matin et se changer assez vite en pluie en début d’après-midi et nous avons eu au contraire un début tardif, vers 13 heures et il a neigé, dru, une grande partie du temps, jusqu’à plus de 20 heures. Puis nous avons eu du sleet, ces petites billes d’eau gelée qui sont extrêmement glissantes à la fois parce que billes et parce que glace. Puis un peu de pluie verglaçante qui s’est enfin transformée en pluie tout court et qui a tassé les 20 centimètres et quelques de neige. Ce qui fait que nous n’avons pas eu à passer le chasse-neige le lendemain — point positif.

Par contre ça a été le chaos, à la fois parce que les gens se sont fait surprendre sur les routes dans l’après-midi puis parce que, en voyant comment cela tournait, tout ou presque a été annulé préventivement pour le lendemain vendredi : rendez-vous, écoles, magasins crèches et restaurants ont annoncé qu’ils resteraient fermés tout le vendredi et certains n’ont ouvert que dans l’après-midi.
Donc un jour de perdu en plus du jour de la tempête proprement dit, des rendez-vous à reprendre et des courses et démarches reportées — surtout que la semaine prochaine c’est la semaine de Thanksgiving donc la moitié de la semaine est fériée et tout fonctionne au ralenti le reste du temps.

L’autre point positif de ce jeudi de tempête cependant c’est que le matin en allant conduire mon fils pour son travail au restaurant, je suis finalement allée faire un saut chez mon marchand de vin pour voir si le Beaujolais Nouveau était arrivé : oui, en fait ils étaient juste en train de mettre les cartons en place quand je suis arrivée vers 11 heures. Bien m’en a pris de l’acheter le matin, le soir ça aurait été impossible et le lendemain sans doute aussi. Donc nous avons pu le goûter le soir de la tempête histoire de nous réconforter.

Le calme avant la tempête (sur le parking de mon marchand de vin justement) :

15 novembre 2018-1

Le calme avant la tempête

Au cœur de la tempête : 

15 novembre 2018

15 novembre 2018

Le lendemain :

Le surlendemain (chez le même marchand de vin ) :

17 novembre 2018-1

17 novembre 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s