Archives mensuelles : septembre 2017

Le retour

Le voyage de retour, en images

Au départ à Nice tôt le matin

Au départ à Nice tôt le matin

 

Au départ à Nice tôt le matin

Au départ à Nice tôt le matin

 

Au départ à Nice, Ladurée toujours

Au départ à Nice, Ladurée toujours

 

Dans le petit avion

Dans le petit avion

 

Dans le petit avion

Dans le petit avion

 

Départ de Munich

Départ de Munich

 

De Munich à Newark

De Munich à Newark

 

Ma fille m'attend à l'arrivée

Ma fille m’attend à l’arrivée

 

Le soir arrivée à Newark Liberty Airport terminal B

Le soir arrivée à Newark Liberty Airport terminal B

Vraiment un petit avion

Petit avion

Petit avion

Première fois que je voyage dans un si petit avion pour mon vol régional de liaison avec mon vol pour les États-Unis et première fois que je voyage en Canadair — j’ai vérifié auprès de l’hôtesse qui m’a confirmé ce que j’avais lu sur mon billet : « cet avion est un Canadair. » Pas de ceux que l’on utilise pour éteindre les feux évidemment. Canadair est devenu Bombardier mais le nom est apparemment toujours utilisé dans la flotte Lufthansa et sur ses billets d’avion. D’habitude pour ces vols de et vers Nice depuis une grande ville d’Europe je voyage en Airbus A320 qui emporte plus du double de passagers que ce Canadair (CRJ 900) qui en accommodait environ 90.

Première fois que je vois l’hôtesse faire le tour des passagers avant l’embarquement pour leur demander de mettre leur petite valise-cabine en soute, à la main avant de monter l’escalier de l’avion et de la récupérer sur le tarmac toujours à la main à l’arrivée, de la même façon que l’on mettrait sa valise dans le coffre de sa voiture…
Aux passagers tout aussi étonnés que moi elle disait : « c’est un tout petit avion ». Vraiment, c’était un tout petit avion.

Quant à moi, mon sac à dos spécial transport de matériel photo tenait parfaitement sous le siège devant moi, les sièges sont plus hauts que dans les vols long-courriers alors que les compartiments à bagages sont microscopiques (mon sac à dos n’y rentrait pas).

Pour le vol transatlantique c’était plus classique, un Airbus A340 mais il avait une petite particularité cette fois-ci : toutes les toilettes étaient regroupées à un seul endroit en sous-sol — en quelque sorte comme l’inverse d’un Boeing 747 : il fallait prendre un escalier vers le bas pour y aller. C’est en me rendant aux toilettes que j’ai d’ailleurs compris le passage — inédit pour moi — des consignes de sécurité, qui annonçait fièrement qu’il y avait 10 masques à oxygène dans le couloir des toilettes, qu’il ne fallait pas être plus de 10 à attendre et qu’il ne fallait pas stationner dans l’escalier — trop dangereux en cas de trou d’air.

Truffe d’été — trace

Trace d’autres truffes d’été achetées au petit marché paysan pas loin de chez moi lorsque j’habitais dans le Var — la première découverte par hasard en faisant le plein hebdomadaire de légumes, il y a près de 20 ans.

Trace de truffes, blanches cette fois, truffes d’Alba en Italie mangées en fin d’automne chez un ami italien, accompagnées de vins plus merveilleux les uns que les autres — dans mon souvenir. Trace plus importante que la réalité d’alors ? Ce qui est important c’est ce dont on se souvient et la façon dont on s’en souvient, disait le romancier.

Alors oui je me souviens de ces truffes de fin d’été en Provence, mangées tout simplement posées en tranches sur du brousso frais acheté au même marché paysan, saupoudré d’à peine un peu de poivre et arrosé d’un filet d’huile d’olive du moulin, que l’on savourait avec un rosé de Provence et un morceau de pain d’artisan — le tout venait des environs immédiats du hameau où j’habitais grâce à ce petit marché paysan d’avant la mode des marchés paysans.

Le marché existe toujours, il est monté en grade abrité dans un bâtiment et un auvent en « dur », les prix aussi ont durci — ils prennent même la carte de crédit maintenant. Ils y vendent toujours de la truffe d’été en saison, du brousso frais, le même rosé des environs et ce sublime foie gras frais de la ferme voisine — qui existe toujours elle aussi.

Trace dans ma mémoire des repas gastronomiques de ce temps-là, le temps de la Provence, le temps d’avant Paris, le temps d’avant l’Amérique.

Truffe d’été suite

Truffe d’été

Truffe d’été

 

Truffe d’été

Gnocchis à la truffe

 

Tavel

Le vin qui va bien, un Tavel cette fois

Une seule truffe nous a fait quatre repas en comptant l’omelette faite avec les œufs conservés dans une boîte bien hermétique avec la truffe en attendant de finir de la manger.

Truffe d’été

Truffe d’été

Trofie à la truffe

 

Truffe d'été

Trofie à la truffe

 

Truffe d'été

Trofie à la truffe

Truffe d'été

Le vin qui va bien

La truffe d’été, la petite joie de Provence au mois d’août… accompagnée du vin qui va bien, évidemment.

L’éclipse partielle de Lune (7 août 2017)

Lune_7_aout_2017-1

Fin de l’éclipse partielle de Lune du 7 août 2017 : on voit encore une partie de l’ombre de la Terre sur le côté droit de la Lune

Lune_7_aout_2017-2

La pleine Lune du 7 août 2017 après l’éclipse

Je n’étais pas du bon côté de l’Atlantique pour voir l’éclipse du Soleil, j’ai dû me contenter de l’éclipse partielle de Lune du 7 août (2017). La seule photo utilisable a été une photo de la fin de l’éclipse — la Lune était dans l’axe précis d’une lampe de l’éclairage urbain ou d’un arbre si je changeais de place. La Lune est ensuite montée dans le ciel et j’ai pu obtenir de meilleures photos prises de la fenêtre de l’étage sur le fond noir du ciel sans plus être gênée par l’éclairage ni les arbres mais l’éclipse était alors terminée.

(Objectif 500mm f8 Nikon en guise de télescope, smartphone sur la lentille de visée en guise d’appareil photo)

Allées et venues

Allées et venues

Allées et venues

Petites allées et venues autour de Golfe-Juan, mon camp de base, essentiellement à Cannes en utilisant l’excellent et peu onéreux système de bus régional — encore qu’il a augmenté à 1 euro 50 il y a un an ou deux, auparavant bus régionaux et bus communaux étaient tous à un euro. Les bus de la communauté de communes d’Antibes / Vallauris sont restés à un euro, pas ceux de la région. Cela reste peu cher néanmoins.