Été indien

Été indien

Été indien

En une semaine le temps a fait le tour des quatre saisons ou presque. La semaine précédente il m’avait fallu allumer la chaudière en catastrophe, après une journée à greloter à l’école non chauffée et la fin de l’après-midi à greloter devant mon ordinateur j’ai fini par craquer — il faisait 15 degrés dans la maison, nous avions eu un premier avis de gel pour la nuit et le matin il faisait quelques degrés à peine au-dessus de zéro sur le parking de l’école. Aucune amélioration n’étant en vue j’ai allumé et j’ai réglé les thermostats pour tout d’abord démarrer la chaudière et ensuite avoir une température raisonnable, ni trop basse ni trop haute, exercice délicat quand des thermostats inégalement répartis régulent des ensembles de pièces disparates, d’autant que certains thermostats (des vieux thermostats mécaniques à cadran et aiguille qui ont l’air de dater des années 50) sont complètement décalés et que je dois régler au feeling une fois les pièces chauffées. J’ajuste une bonne fois pour toutes en début de saison et n’y touche plus jusqu’au printemps quand il est temps d’arrêter le chauffage.

Je me résigne à ne pas avoir d’été indien cette année. Une deuxième nuit avec avis de gel deux jours plus tard, me conforte dans ma décision et me donne raison d’avoir allumé si tôt (11 octobre) cette année alors que d’habitude on tient jusqu’à Halloween ou presque, à une poignée de jours près mais pas 20 jours avant.

Pourtant un revirement s’annonce et le lundi suivant, 6 jours après avoir allumé la chaudière, la température monte, nous avons trois jours à 30 degrés dans la journée et 20 degrés la nuit, presque une mini canicule, on dort fenêtres ouvertes, on entend les climatiseurs des maisons voisines ronronner. Je refuse de remettre en route le mien, nous avons un peu chaud à l’étage c’est tout et c’est aussi bien ainsi, je refuse aussi de toucher aux thermostats réglés à grand peine, de toute façon il fait tellement chaud dans la maison que la chaudière ne se déclenche pas.

C’est donc l’été indien et les feuilles se mettent à virer vraiment de couleur à toute allure — et à tomber aussi de plus belle, une première grande passe de ramassage de feuilles s’impose, c’est la première fois que je le fais en pleine chaleur par près de 30 degrés ce matin-là. Une heure plus tard c’est comme si je n’avais rien fait, un vent chaud s’est levé les feuilles tombent encore plus vite — les joies de la saison.

L’été indien aura duré 5 jours cette année, après cette embellie la température est redescendue brutalement ce week-end, ce samedi on n’a pas dépassé 7 degrés dans la journée avec pluie et bourrasques qui continuent à faire tomber les feuilles en quantité industrielle. Un vrai temps de novembre en somme, alors que la veille, le vendredi, on a eu une poussée à 25 voire 27 degrés dans l’après-midi, manches courtes fenêtres ouvertes ventilateurs dans les chambres. Le soir j’avais quand même fermé toutes les fenêtres avant de me coucher et bien m’en a pris. Dans la journée de samedi  le chauffage a fini par se remettre en route une fois l’inertie de la maison vaincue et la température de déclenchement des thermostats atteinte. Chaque partie de la maison a son rythme mais le soir tous les chauffages sont chauds finalement. La semaine qui vient s’annonce fraîche avec zéro le matin — la prochaine passe de feuilles se fera en pull cette fois.

Une réflexion au sujet de « Été indien »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s