Archives mensuelles : juillet 2016

Nice 14 juillet 2016 (2)

Nice-Matin du 15 juillet 2016 (dernière page)

Nice-Matin du 15 juillet 2016 (dernière page)

D’autant plus touchée que Nice c’est ma ville, j’y ai fait toutes mes études. Je suis née et ai habité une grande partie de ma vie à moins de 30 kilomètres de Nice, c’est ma grande ville — la première dans mon cœur.

D’autant plus touchée que je viens de prendre mes quartiers d’été sur la Côte d’Azur, je suis encore passée sur la Promenade des Anglais 10 jours avant l’attentat.

Quelques photos de la Promenade des Anglais prises en août 2002 et deux vues prises depuis le toit du musée d’art moderne en août 2013 : le Vieux-Nice et la vue vers l’hôpital St-Roch .

Nice 13 aout 2002

Nice 13 aout 2002

Nice 13 août 2002

Nice 13 août 2002

Nice 13 aout 2002

Nice 13 aout 2002

Nice : depuis le toit du musée d'art moderne (vue du Vieux-Nice)

Nice : depuis le toit du musée d’art moderne (vue du Vieux-Nice)

Nice : depuis le toit du musée d'art moderne (vers l'hôpital St Roch)

Nice : depuis le toit du musée d’art moderne (vers l’hôpital St Roch)

L’été en pente douce

Moi qui avais imaginé la lente descente vers l’été avec pour seule fatigue celle venant de mon travail à l’école, exceptionnellement intense cette année ou c’est moi qui vieillis — je vieillis et me fatigue plus vite c’est un fait.

Un titre de film des années 80 ou 90, je ne me souviens plus exactement du film qui m’a peu marquée à part son titre et sa sonorité — une promesse contenue.

L’été n’est pas venu en pente douce et ne se déroule pas en pente douce non plus, déjà juillet bien entamé et rien pour se réjouir — rien où poser sa tête tout simplement encore moins une épaule compatissante, après tout chacun a sa vie et se soucie peu de celle des autres, la mienne est ma croix tant pis pour moi.

À quand l’été en pente douce ? Comme ceux qui venaient il y a 35 ou 40 ans, étés de ma jeunesse que je tenais pour acquis. Me restent les souvenirs, vagues.