Archives mensuelles : mars 2015

Les outils du jour — trace

On ne sort pas indemne d’un hiver pareil, l’hiver prélève son dû, immanquablement, rendant l’hiver suivant plus difficile à supporter.

Traces sur ma maison, qui encaisse chaque année un peu plus mal, tuyaux qui gèlent qui explosent, bassins de rétention qui débordent, la fonte des neiges mêlée aux fortes pluies hors de saison qui dévale mon escalier du sous-sol, qui finit inondé.

Traces sur ma peau, mes mains desséchées crevassées à trop travailler dehors dans le froid le gel à manier des gros outils, lèvres craquelées à ne pas avoir toujours le temps de les enduire de Dermophil indien, muscles raides douloureux à manier des machines trop lourdes, la dernière trace un gros bleu, conséquence sous forme d’ecchymose de ma chute dans ce même escalier du sous-sol, inondé et gelé à la fois.

Trace dans mon corps, la fatigue accumulée de l’année scolaire de l’hiver —  aucunes vacances entre janvier et avril autres que les jours de neige — généreusement octroyés puis repris sur les vacances suivantes — quand nous sommes bloqués de toute façon, encore plus fatigants puisqu’il faut déneiger à tout prix, utiliser ces gros outils ces machines trop lourdes.

Trace dans mon esprit, la fatigue n’est pas que physique, les jours de pluie qui s’enchaînent font suite sans un instant de répit aux chutes de neige, la grisaille du ciel de la terre sans herbe des arbres sans feuilles, un monde de désolation sans fleurs ni oiseaux, j’attends avec impatience le premier crocus

qui mettra un point final à l’hiver — pour cette année.

Je pourrai alors remiser tous ces outils ces machines,

en sortir d’autres pour le nettoyage la remise à niveau de printemps, autres traces en perspective.

Au moins les fleurs seront là — pour me consoler.

Les outils du jour

Les outils du jour 1

La brosse pour dégager la bâche du chasse-neige

Les outils du jour 2

Le chasse-neige (la star de la journée, avec ses caprices de star, une vraie princesse au petit pois)

Les outils du jour 3

Le chasse-neige vu de face, les pales de son hélice et sa turbine

Les outils du jour 4

La pelle pour finir le travail rapproché

Les outils du jour 5

Les pelles (différentes tailles pour différents usages, la verte sur le travail sur terrain, la bleue pour l’escalier)

Les outils du jour 6

Le sel (de calcium, performance grand froid) et la palette à neige pour enlever les grosses quantités de neige des voitures (plus performant que la brosse à neige en cas de grosses quantités)

Les outils du jour 7

Le câble électrique de 15 mètres pour démarrer le chasse-neige, le maillet et la barre à mine pour dégager les pierres qui calent la bâche du chasse-neige (prises par le gel) et le vaporisateur de polymère pour éviter que la glace colle aux pales du chasse-neige et à sa turbine

Les outils du jour 8

Les gants : 2 paires parce qu’après avoir dégagé le chasse-neige ils sont mouillés et il vaut mieux éviter de continuer à travailler et passer le chasse-neige avec des gants mouillés par -10 degrés. Plus les sous-gants en soie qui sont comme des chaussettes pour les mains

Les outils du jour 9

Les grandes bottes fourrées et imperméables

Les outils du jour 10

La procédure de démarrage du chasse-neige dans une enveloppe plastique protectrice, la clef du chasse-neige et la clef du cadenas antivol

Les outils du jour 11

Au cas où, dans la poche du pantalon, un gros couteau et un outil multiple

Obscure clarté

Climat decourageant

Ce n’est pas cette obscure clarté qui tombe des étoiles mais une blanche clarté qui monte du sol la nuit même en l’absence de lune — la nuit semble claire avant que l’on ne réalise que la lueur ne vient pas du ciel mais du sol, âcre et vague au premier abord vive et brillante quand les yeux finissent par s’habituer à l’obscurité.

Celle qui tombait des étoiles a fui la désespérante in-hospitalité d’une contrée harcelée par un climat à décourager les plus vaillants —

je finis par décourager.